La Côte d’Ivoire va augmenter ses exportations d’électricité vers le Burkina Faso

0
136

L’Etat ivoirien envisage d’augmenter sa fourniture d’électricité à son voisin burkinabè, a annoncé ce vendredi le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara. Le numéro 1 ivoirien intervenait à la cérémonie d’ouverture des travaux du 7e Traité d’amitié et de coopération entre les deux pays au cours de laquelle il a retracé l’évolution des projets.

Alors que le Burkina Faso fait face à une insuffisance énergétique depuis des années, la Côte d’Ivoire contribue à apporter un précieux complément à ses besoins. En effet, l’Etat ivoirien fournit régulièrement l’Etat burkinabè en électricité. Une coopération que le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, a évoquée ce vendredi 27 juillet, annonçant que son pays allait augmenter la fourniture de l’électricité à 90 mégawatts.

L’objectif « est d’atteindre les 90 mégawatts d’ici la fin de l’année », contre 80 mégawatts actuellement servis au Burkina Faso, a expliqué le président Ouattara. Selon lui, les deux pays travailleront ensemble afin d’améliorer encore le partenariat énergétique qui les lie. Alors qu’il s’exprimait en présence de son homologue burkinabè, Roch Kabore, à l’occasion de l’ouverture des travaux du 7e Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre les deux pays, le dirigeant ivoirien a également évoqué l’évolution des projets communs.

« Beaucoup a été fait, nous continuerons », a déclaré Ouattara qui s’est ensuite réjoui du « bon fonctionnement du Comité de suivi du TAC, ainsi que la concertation permanente entre les chefs de gouvernement ». Selon le président ivoirien, il faudra continuer sur le même chemin afin d’aller plus loin. « Le Faso jouera pleinement sa participation » dans la mise en œuvre des projets, a répliqué Roch Kaboré. Selon lui, le TAC conclu depuis 2008 avec pour destinée de donner naissance à un cadre de concertation permanent et créer un partenariat dynamique entre les deux pays, constitue « un excellent outil face aux grands défis » de la sous-région, en particulier le développement et les questions sécuritaires.

 

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire