Elections de proximité en Côte d’Ivoire : le PDCI dans le RHDP sans y être

0
151

Ce sera une occasion inespérée pour le PDCI d’entériner sa position de cavalier seul ou presque. Passés la bouderie pour sa participation à un RHDP unifié et l’ «opération nettoyage» dans ses rangs, le parti d’Henri Konan Bédié lève un coin du voile de sa stratégie de cavalier seul. Ou presque. Pour les élections municipales et locales du 13 octobre 2018, le parti de l’éléphant blanc envisage d’aller à la conquête des urnes en ménageant son allié du RDR d’Alassane Ouattara, celui-là même qui s’est empressé d’acter la formation du RHDP. La rupture semble proche. Tout comme les élections municipales et locales qui en seront sans doute le marqueur.

Les élections municipales et locales seront sans doute une répétition générale des intrigues politiques à un moment charnière pour la Côte d’Ivoire. Ces consultations électorales se déroulent à un an de la présidentielle 2020. Et déjà le jeu des alliances livre ses premiers secrets.

Le PDCI seul aux municipales ou presque

A Alassane Ouattara de l’ex-Rassemblement des Républicains (RDR) qui, pour opérer la mue de sa coalition du RHDP en parti unifié envisageait la fusion entre les deux plus grands partis de Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire a opposé un non assez diplomatique. « Une manière de se défaire du piège de se faire lier les mains pour la présidentielle 2020», commente un observateur de la vie politique ivoirienne basé à Paris.

Après la «punition» infligée aux cadres de son parti ayant participé, ce 16 juillet au congrès inaugural du parti unifié à l’Hôtel Ivoire, Henri Konan Bédié semble avoir embrayé en droite ligne de sa stratégie. Pour clarifier la position du parti, Maurice Kakou Guikahué, son secrétaire exécutif, en a levé un coin du voile ce dimanche lors d’une conférence de presse à Abidjan. « Le PDCI-RDA participera au RHDP en tant que groupement politique mais pas au RHDP comme parti unifié. Si le RHDP parti unifié est mis en avant, le PDCI-RDA ira seul à ces élections », martèle le secrétaire exécutif du parti de l’éléphant blanc.

En résumé la stratégie d’Henri Konan Bédié : être dans le RHDP sans vraiment y être. Même pour le congrès de lancement du RHDP, le « Sphinx de Daoukro » y a envoyé de «simples observateurs» et non en tant que représentants ou émissaires. Pour l’heure, la ligne de démarcation reste floue entre un PDCI membre d’une coalition que l’on a vite fait de transformer, sans son aval, en parti unifié et un PDCI libre de tout engagement envers son «ancien» allié.

« A vrai dire, jusqu’aux dernières informations, Henri Konan Bédié doit croire encore en une chance de voir Alassane Ouattara respecter leur fameux pacte. Cela lui permettrait de ne pas perdre la face devant les siens. Hélas, les chances sont minces. Il semble que l’expérience semble être à bout de logique vu les intérêts non convergents», commente encore notre observateur. « L’oiseau ne fait jamais palabre avec l’arbre, car il finit toujours par s’y poser », édicte un proverbe ivoirien.

Un jeu d’alliances qui pourrait faire tomber des masques

La rupture sans équivoque semble donc proche. Mais c’est dans le mutisme, laissant ses lieutenants remplir le temps de parole dans l’espace médiatique, qu’Henri Konan Bédié cherche donc la parade. Elle pourrait venir du Front populaire ivoirien de Pascal Affi Nguessan qui voit dans une alliance avec le PDCI pour les locales, une rampe de lancement inespérée

Plus surprenant et plus invraisemblable encore, les mauvaises langues penchent plutôt pour une intégration de Guillaume Soro dans le PDCI. L’actuel président de l’Assemblée nationale serait le témoin du pacte scellé entre Bédié et Ouattara. Et au vu de la «volte-face» du second sur sa promesse à laquelle Soro a assisté, ce scénario n’est hypothétique.

Dans tous les cas, les élections municipales ou locales constitueront l’échiquier sur laquelle les différents protagonistes devraient avancer leurs pions. Un test d’habileté avant la présidentielle de la mi-octobre 2020 pendant lequel tout le monde s’attend à ce que les masques tombent. Toute la question est de savoir : de quel côté ?

 

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire