Soudan du Sud : sur pression des Etats-Unis, l’ONU impose un embargo sur les armes

0
137

Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé ce vendredi d’imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre deux haut-gradés militaires. Présentées par les USA, ces mesures devront permettre selon les sources diplomatiques, de faire comprendre aux protagonistes de la crise qu’il faut avancer vers la paix.

D’ici à mai 2019, le Soudan du Sud ne pourra pas acheter des armes. La décision a été prise ce vendredi 13 juillet par le Conseil de sécurité des Nations unies. La résolution de l’embargo sur les armes a été présentée par les Etats-Unis qui peuvent être soulagé après un échec essuyé en 2016, n’ayant pas à l’époque, réussi à convaincre le Conseil de soutenir la mesure et de couper l’afflux des armes au Soudan du Sud. «Ce sont des armes que les groupes armés ont utilisé pour tirer sur des pères devant femme et enfants, pour braquer les convois d’aide alimentaire ou pour attaquer des femmes et des filles», a tempêté Nikki Haley, l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, devant le Conseil. «Des personnes sont brûlées vives et pendues aux arbres par des groupes armés au Soudan du Sud. C’est barbare.», a ensuite dénoncé la diplomate.

Cette résolution non soutenue par la Chine et la Russie entre autres, indique que le Conseil de sécurité est «profondément» préoccupée «face à l’échec des dirigeants du Soudan du Sud à mettre un terme aux hostilités» et «condamne les violations continues et flagrantes» de l’accord de cessez-le-feu et de libre accès humanitaire signé en 2015. Ainsi, le texte adopté interdit toute exportation d’arme vers le Sud Soudan jusqu’à l’épuisement de la durée de l’embargo. Il donne également «feu vert» aux Etats membres des Nations-Unies, pour détruire ou neutraliser toute cargaison d’armes «interdites», au nom de l’embargo imposé.

Respecter les accords de paix

D’après Nikki Haley, l’adoption de cette résolution constitue un message fort envoyé aux protagonistes de la crise sud-soudanaise pour dire que «nous en avons assez des retards et des blocages» dans la mise en œuvre des accords de paix dans ce pays. Ainsi, en dehors de l’embargo sur les armes, des sanctions sont également imposées à deux responsables militaires du pays, notamment Malek Reuben Riak, ex-chef d’Etat-Major adjoint, et Paul Malong Awan, ex-chef d’Etat-Major devenu un des dirigeants de l’opposition. Ces officiers supérieurs, accusés de bloquer un règlement pacifique du conflit, sont interdits de voyager et leurs avoirs sont gelés.

Rappelons que le Sud Soudan est plongé dans une guerre civile sans merci depuis décembre dernier quand le président Salva Kiir avait accusé son ex-premier ministre Riek Machar de fomenter un coup d’Etat. Le bilan est déjà très lourd. On déplore des dizaines de milliers de morts et près de 4 millions de déplacés. Alors que la crise traîne depuis 5 ans, les nombreuses tentatives de règlement pacifique de la crise n’ont pas pu aboutir. Aucun des deux camps n’arrive à respecter les accords. Même celui du 28 juin dernier signé à Khartoum n’a pas pu tenir 24h après son entrée en vigueur le 30 juin. Un autre signé le 7 juillet, il y a une semaine, permet à Riek Machar de revenir comme vice-président de la République. La communauté internationale espère que cet énième accord soit le bon.

 

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire