Cameroun-Tchad : derniers ajustements avant le début des travaux de construction du deuxième pont sur le Logone

0
80

Annoncés depuis quelques années déjà, les travaux du pont sur le fleuve Logone devant relier le Cameroun au Tchad pourraient démarrer dans les deux prochains mois. D’après des médias locaux, le comité bilatéral de pilotage et l’unité mixte de gestion du projet de construction sont en discussion depuis le début de cette semaine afin de faire les derniers ajustements avant de passer à l’étape de travaux de construction.

Encore quelques réglages et les travaux de construction du pont sur le fleuve Logone décidés par le Tchad et le Cameroun pourraient démarrer. Depuis ce lundi 18 juin, le comité bilatéral de pilotage et l’unité mixte de gestion du projet ont entrepris des réunions au cours desquelles il a été question de terminer avec les dernières démarches nécessaires à la bonne conduite du projet. A l’issue de ces réunions, les autorités des deux pays ont estimé que les travaux pourront être lancés très bientôt.

«Au cours de notre dernière session tenue à Douala [en octobre 2017, NDLR], nous avions annoncé qu’au courant de ce mois de juin, nous devions procéder à la pose de la première pierre. Malheureusement, il se trouve que le dossier d’appel d’offres qui avait été envoyé à la BAD depuis le mois de décembre dernier n’a toujours pas reçu la non-objection», a indiqué Jean Tchoffo, secrétaire général du ministère camerounais de l’Economie. «Nous espérons que ce sera le cas très prochainement, de manière à ce que d’ici deux mois, l’on soit en mesure de lancer effectivement ce projet», a ajouté le responsable.

En effet, la Banque africaine de développement (BAD) reste très impliquée dans ce projet infrastructurel. A en croire les sources de l’Unité mixte de gestion du projet, l’institution financière panafricaine vient en aide au projet avec une enveloppe de 74 milliards de francs CFA, soit environ 110,19 millions d’euros. A ce financement devrait s’ajouter celui de l’Union européenne (UE) qui s’élève à 100 milliards de francs CFA, soit environ 148,9 millions d’euros.

Enjeux économiques et sécuritaires

La construction de ce pont, le second entre le Tchad et le Cameroun, répond à plusieurs objectifs pour les deux pays. Longue de 620 mètres, cette imposante infrastructure servira à relier via une route de 14,1 kilomètres prévue par le même projet, la ville de Yagoua dans la région de l’extrême nord du Cameroun, à celle de Bongor, au sud du Tchad.

D’après Ousmane Doré, directeur général de la BAD pour la région Afrique centrale, ce pont va libérer le potentiel économique des deux régions concernées : «L’essentiel du commerce entre le Cameroun et le Tchad, qui utilise le port camerounais de Douala pour son import-export, se fait par voie terrestre. Le nouveau pont va fluidifier le trafic et booster les échanges entre les deux pays».

Aussi, pour acheminer le pétrole tchadien produit à Doba, il faut passer par un pipeline de 960 km jusqu’aux côtes camerounaises à Kribi. Or, avec le prochain pont, il faudra parcourir 103 km pour atteindre Moundou et ensuite 240 km pour arriver à Bongor, soit une distance réduite à environ le tiers.

«Les flux de marchandises seront beaucoup plus importants», a déclaré Mahamat Nguembang, secrétaire général du ministère tchadien de l’Aménagement du territoire, dans un entretien accordé à l’agence Xinhua, «Comme les coûts baissent, le panier de la ménagère connaîtra également un soulagement et il y aura une partie de l’économie qui va être allouée à l’épargne, pour pouvoir améliorer les conditions de vie des populations», a-t-il poursuivi.

Une ligne ferroviaire reliant N’Gaoundéré à N’Djamena

En dehors de l’aspect commercial ou économique, le pont devrait aussi contribuer à faciliter la sécurisation des marchandises et les personnes, face à la menace terroriste, notamment Boko Haram. Dans le même ordre d’idées, il faut rappeler que les deux pays travaillent aussi actuellement sur un projet d’une ligne ferroviaire devant relier N’Gaoundéré et Ndjamena. «Nous sommes à plus de 1 000 kilomètres de la mer. Toutes les marchandises qui viennent au Tchad transitent par le Cameroun. La route seule ne suffit pas. Maintenant nous sommes en train de penser qu’il faut développer également le chemin de fer pour pouvoir booster l’économie», a déclaré Mahamat Nguembang.

 

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire