Le Maroc annonce le démantèlement d’une cellule liée à l’EI

0
86

Les suspects, âgés de 20 à 27 ans, parmi lesquels un ancien détenu pour une « affaire de terrorisme », sont accusés de « propagande » et « d’incitation à mener des opérations terroristes dans le royaume », a précisé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Lors de l’opération menée par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) dans les villes de Casablanca (ouest), Kénitra (ouest), Fès (centre) et à Midar (nord), des « équipements électroniques, un uniforme militaire et des livres faisant l’apologie de la pensée extrémiste » ont été saisis, selon la même source.

>> Lire aussi : Une cellule jihadiste démantelée entre le Maroc et l’Espagne

Les membres de cette cellule entretenaient « des liens avec des combattants dans la zone irako-syrienne » pour « bénéficier de leur expertise dans la fabrication d’explosifs », a affirmé le ministère.

Les autorités marocaines mettent souvent en avant les moyens importants déployés pour la lutte antiterroriste et les efforts de coordination avec leurs différents partenaires en Europe.

>> Lire aussi : Le Maroc gère ses « revenants », selon son chef de l’antiterrorisme

Epargné par les attentats de l’EI, le royaume avait été meurtri par des attaques à Casablanca (33 morts en 2003) et à Marrakech (17 morts en 2011).

Depuis, la législation marocaine a été renforcée et des dizaines de peines de prison ont été prononcées dans des affaires de « terrorisme ».

Les autorités du royaume annoncent fréquemment le démantèlement de « cellules terroristes », même si les chiffres sont en baisse, de 21 en 2015 à neuf en 2017, selon un récent bilan officiel.

Avec AFP

 

Source : VOA Afrique

Laisser un commentaire