Le Canada veut endiguer l’afflux de clandestins du Nigeria

0
125

Environ 2.500 demandeurs d’asile, la majorité des Nigerians, sont entrés illégalement au Canada en avril, portant à plus de 7.300 le nombre total depuis le début de l’année, une forte hausse par rapport à l’an dernier.

Un nombre « disproportionné » d’entre eux aboutissent au Québec en empruntant une route forestière au nord de l’Etat de New York débouchant au Canada, a dit Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration lors d’une conférence de presse.

>> Lire aussi : Le Canada se prépare à un afflux de demandeurs d’asile

A la demande du Canada, les autorités américaines ont récemment resserré leur processus d’octroi de visas de tourisme pour les Nigerians, et M. Hussen se rendra prochainement au Nigeria pour discuter officiellement de cet enjeu.

Environ « 70 à 80 » demandeurs d’asile franchissent chaque jour en situation irrégulière la frontière par un chemin situé à environ 70 km au sud de Montréal, a affirmé Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique.

L’an dernier, plus de 21.000 clandestins avaient été interceptés par la police fédérale et autorisés à présenter une demande d’asile, dont une majorité d’Haïtiens.

« Un peu plus de 90% des migrants irréguliers ne répondent pas à nos critères » pour obtenir le statut de réfugié « et ils devront quitter » le Canada, « dont environ 200 » d’ici deux semaines, a précisé Marc Garneau, ministre des Transports.

L’afflux de demandeurs d’asile en situation irrégulière au Canada a coïncidé en 2016 avec l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis et sa promesse d’expulser plus de 11 millions de sans-papiers.

>> Lire aussi : Les demandeurs d’asile toujours plus nombreux à la frontière du Canada

L’annonce de la suppression par les Etats-Unis des statuts spéciaux dont bénéficient 60.000 Haïtiens (en juillet 2019) et 200.000 Salvadoriens (septembre 2019) ainsi que 60.000 Honduriens (janvier 2020 fait craindre l’arrivée massive de migrants au Canada.

« Les données les plus récentes démontrent une réduction drastiques du nombre de demandeurs d’asile d’origine haïtienne (…) et le flux de migrants latino-américains ne s’est pas matérialisé », a cependant souligné M. Garneau.

Ce résultat est attribuable, selon lui, au « travail acharné » mené par des émissaires du gouvernement canadien auprès de ces communautés aux Etats-Unis pour tenter de les dissuader de migrer illégalement au Canada.

Avec AFP

 

Source : VOA Afrique

Laisser un commentaire