Centrafrique : assassinat du garde du corps, l’Ambassadeur de la RCA à Khartoum convoqué par le gouvernement soudanais

0
508

Selon notre confrère « soudan-tribune », l’Ambassadeur centrafricain à Khartoum a été convoqué le samedi 5 mai dernier par le ministère soudanais des Affaires étrangères pour protester contre l’assassinat du gardien de la résidence de l’Ambassadeur du Soudan en Centrafrique par les forces de l’ordre dans la concession de la résidence du diplomate.

Dans un message remis à l’Ambassadeur centrafricain par les autorités soudanaises, ces dernières exigent de la RCA l’arrestation des auteurs de cet assassinat et leur traduction devant la justice, a déclaré le porte-parole de la diplomatie soudanaise Gharib Allah, rapporte Soudan tribune dans son article mis en ligne le 5 mai dernier.

Par ailleurs, le Soudan demande au gouvernement centrafricain de fournir la sécurité nécessaire pour protéger la mission, l’Ambassadeur ainsi que son équipe.

Rappelons qu’après l’assassinat du gardien de la résidence du diplomate soudanais à Bangui, les autorités soudanaises qualifient cet acte comme une agression de leur pays par les forces de sécurité intérieure de la RCA, mais la présence rapide du Président Touadera et de son ministre de la sécurité publique le général Henri Wanzet Linguissara sur le lieu de l’incident quelques minutes plus tard aurait permis aux deux pays d’éviter la brouille diplomatique.

Le Soudan, qui a déjà fourni dans le passé des armes et équipements aux soldats FACA, a remis récemment sa base militaire au nord du pays à la disposition des soldats de l’armée nationale centrafricains pour leur formation, constitue un appui majeur pour le régime du Professeur Faustin Archange Touadera. Beaucoup comprennent pourquoi le chef de l’État centrafricain s’empressait pour se rendre personnellement à la résidence de l’Ambassadeur soudanais à Bangui quelques minutes après l’incident pour présenter ses excuses.

Le vendredi 4 mai dernier, le diplomate soudanais a été pris en chasse par une foule au niveau de l’École nationale de la magistrature avant d’être poursuivi par les éléments de la sécurité publique jusqu’à la résidence du diplomate dans laquelle il a percuté son portail avec son véhicule avant de se mettre à l’abri. Dans les échanges de tirs avec les forces de l’ordre, le gardien de la résidence a été abattu et l’Ambassadeur de son côté appelle directement le Président Touadera pour lui faire part de la bavure des forces de l’ordre.

Au même moment, votre journal en ligne CNC, qui est le premier organe de presse à publier l’information, a été de son côté accusé par certains lecteurs proches du régimes, comme d’habitude, d’être le vecteur d’intoxication avant de se rendre compte plus tard que c’est de la réalité. À cet effet, nous tenons à remercier toute notre équipe qui se bat tous les jours pour informer le peuple centrafricain qui, au passage, se pose la question de savoir comment les forces de l’ordre pourraient tirer sur une personne dans une chancellerie étrangère sans se rendre compte ?

Source : abangui

abangui

Laisser un commentaire