La MINUSCA annonce le maintien de son dispositif sécuritaire à Bangui et dans l’arrière-pays

0
182

Bangui – Le Porte-parole de la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA), Vladimir Montéiro, a annoncé, au cours de sa conférence de presse hebdomadaire, mercredi 2 mai 2018 à Bangui, le maintien de son dispositif sécuritaire à Bangui et en province, au lendemain d’une attaque à la grenade visant la paroisse Notre Dame de Fatima, dans le 3ème arrondissement de la capitale centrafricaine.

« Ce dispositif reste maintenu dans la capitale, notamment autour du P.k 5 pour éviter toute tentative d’incursion, par les groupes criminels, dans les quartiers avoisinants », a expliqué Vladimir Monteiro.

Il a condamné « les attaques visant les civils innocents et les bâtiments religieux et de culte », avant d’ajouter que « la MINUSCA joint sa voix à celle des autorités nationales, des partenaires réunis dans le G5+ et des entités religieuses pour appeler la population à ne pas céder à la manipulation de ces éléments et bandes armées qui essaient de jouer sur la fibre religieuse et diviser ».

une conférence de presse pour relater les incidents survenus à la paroisse notre Dame de Fatima en présence de Sandra Olsson, la Chargé du programme de l’ONG, Child Soldiers International.

Il a fait savoir que la question du Km5 et de ceux qui veulent marcher sur Bangui, sera résolue et que désormais ces groupes armés seront cantonner contre leur gré là où ils sont de manière à ne plus commettre d’autres forfaits.

S’agissant des provinces, le porte-parole de la Force de la MINUSCA, le Lieutenant-colonel Côme Ndayiragije, a rappelé les dispositions prises pour parer toute tentative du Front pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC de Nourredine Adam) de descendre sur Bangui à partir de Kaga-Bandoro (342 km au nord de Bangui).

« La Force a renforcé les mesures et utilisera tous les moyens mis à sa disposition par le Conseil de sécurité, y compris la force, pour empêcher cela », a-t-il souligné.

Quant à la préfecture de la Mambéré-Kadéï (sud-ouest), la Force poursuit l’opération visant à expulser les éléments du groupe Siriri, a indiqué le Lieutenant-colonel Ndayiragije.

Il convient de signaler qu’au cours de cettte conférence de presse, Sandra Olsson, la Chargée de programme de l’ONG Child Soldiers International, a expliqué que d’importants progrès ont été réalisés ces dernières années pour mettre fin au phénomène des enfants associés aux groupes armés en République Centrafricaine.

« Cependant, le recrutement persiste et des milliers d’enfants centrafricains subissent toujours cette violence qui est l’enrôlement dans les groupes armés », a-t-elle déploré.

Elle a annoncé que du 2 au 4 mai prochain, 2.000 exemplaires du livret illustré intitulé : « Un enfant n’est pas un soldat », publié en français et en sango, vont être distribués aux quarante acteurs de la protection de l’enfant à des fins de formation, sensibilisation et plaidoyer.

Etienne Vikoma

Source : abangui

abangui

Laisser un commentaire