Une crise alimentaire menace le Sahel selon les ONGs

0
150

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont conjointement tiré la sonnette d’alarme sur la situation au Sahel.

La sécheresse, la flambée des prix des denrées alimentaires et les conflits vont entraîner des millions de personnes dans la faim et la malnutrition dans certaines parties du Sahel si la communauté internationale n’agit pas maintenant, préviennent la PAM, FAO et l’Unicef.

Cette situation est due en grande partie à l’intensification des conflits armés qui perturbent les services de base et les moyens de subsistance ainsi que la cohésion sociale des populations comme l’indique Abdou Dieng, directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

>> Lire aussi : Le nord du Burkina Faso en passe d’échapper à l’Etat

« L’insécurité fait que les personnes qui dépendent de l’agriculture ne peuvent plus pratiquer l’activité », souligne-t-il.

Dans les six pays, 1,6 million d’enfants risquent de souffrir de malnutrition aigüe sévère cette année soit une augmentation de 50 % par rapport à la dernière crise nutritionnelle majeure du Sahel en 2012.

L’insécurité alimentaire, les pratiques alimentaires inadéquates ainsi que le manque d’accès à l’eau potable sont les causes des niveaux élevés de malnutrition chez les enfants.

Marie Pierre Poirier, Directrice régionale de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre souligne que « l’action doit être prise maintenant car beaucoup d’enfants sont à risque ».

L’Unicef, la FAO et le PAM ont développé une réponse conjointe pour couvrir les besoins alimentaires, protéger les moyens de subsistance et lutter contre la malnutrition à court terme.

>> Lire aussi : Sécheresse et jihad créent une « crise pastorale » explosive au Sahel

Coumba Sow, coordonnatrice sous régionale pour la résilience en Afrique de l’Ouest dans le Sahel estime que « le sahel connait des crises », expliquant que « ce n’est pas nouveau » et donc cette situation « peut être prévenue ».

L’Unicef, la FAO et le PAM appellent à un soutien urgent de la part de tous les partenaires, y compris les donateurs pour aider à atténuer la détérioration actuelle dans le Sahel.

 

Source : VOA Afrique

Laisser un commentaire