Le Premier Ministre Simplice Mathieu Sarandji rend hommage au défunt ministre de la Santé Fernande Djengbot

0
281

Bangui 28 avril(ACAP)- Le Premier-ministre, Simplice Mathieu Sarandji, a rendu, samedi 28 avril 2018, un hommage mérité à l’ancien ministre de la Santé, Dr Fernande Djengbot, dont les obsèques se sont déroulées au Centre National Hospitalier Universitaire de Bangui.

« Dr Fernande Djengbot est née le 5 mars 1959 à Cotonou, République du Bénin. Elle fit ses études primaires et secondaires à Cotonou, sanctionnées par le Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaire ( CEPE) , le Brevet d’Etudes du premier Cycle(BEPC) et le Baccalauréat série D obtenus respectivement en 1973, 1976 et 1980 .», a rappelé Maurice Lenga dans son oraison funèbre.

« Elle entreprit ses études Supérieures à la Facultés de Sciences de la Santé de l’Université de Bangui à l’issue desquelles un diplôme de Doctorat D’Etat en médecine lui avait été décerné en 1994. Elle est également titulaire d’un Master en Santé Publique et Epidémiologie », a ajouté M. Lenga.

Il a souligné que ce parchemin lui a permis d’être intégrée dans la Fonction Publique centrafricaine en 1998.

S’agissant de son parcours professionnel, a poursuivi M. Lenga, Dr Fernande Djengbot a assumés des hautes fonctions politiques et administratives. Elle a été par deux fois ministre de la Santé et de la population en 1998 et 2016.

Pour M. Lenga, ses années d’expériences professionnelles furent pour le ministère de la Santé des années de modernisation et d’adaptation aux réalités d’un département devenu prioritaire pour le gouvernement.

Selon le témoignage du Dr Bernard Boua, la défunte Dr Djengbot a su par son dynamisme et son charisme mobiliser les cadres et agents du département de la santé au service de cet ambition.

Mme Clotilde Veketo a quant à elle rappelé que Dr Fernande Djengbot était une femme qui plaçait ses actions au service des autres « dans le souci de promouvoir une société solidaire, capable de rendre aux plus faibles, à ceux que la vie a durement éprouvés leur dignité et leur juste place ».

« Sa disparition laisse un vide au sein de la famille médicale et familiale », a-t-elle conclu.

La dépouille mortelle du Dr Fernande Djengbot a été inhumée dans une ferme familiale au pk 15, route de Mbaïki.

Basile Rébéné/ACAP

Source : abangui

abangui

Laisser un commentaire