Une enseignante tuée dans une attaque en zone anglophone au Cameroun

0
157

Sophie Mandengue Maloba, 42 ans, mère de trois enfants et enceinte, a été surprise sur son lieu de travail par des hommes armés circulant à bord d’une motocyclette, a précisé la radio.

« Elle est décédée à l’hôpital où elle a été transportée après l’attaque », a indiqué à l’AFP un journaliste de la radio.

Cette mort violente survient trois jours après le décès d’un enseignant abattu dans des circonstances similaires à Kumba, dans la même région. L’attaque de Kumba avait également causé des blessures à un élève.

>> Lire aussi : Un militaire et un civil abattus dans les régions anglophones au Cameroun

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest regroupent les habitants anglophones du Cameroun, soit 20% de la population. Elles sont secouées depuis plus d’un an par une profonde crise sociopolitique, qui s’est peu à peu muée en un conflit armé de basse intensité.

Depuis trois mois, des groupes séparatistes armés y multiplient les actions violentes contre des symboles de l’Etat (attaques de gendarmerie, enlèvements de fonctionnaires, accrochages avec l’armée).

A mesure que la crise évolue, de nouveaux groupes séparatistes apparaissent, arborant sur les réseaux sociaux armes et drapeau de l' »Ambazonie », du nom de l’Etat qu’ils veulent créer.

>> Lire aussi : Un tournant dans la crise anglophone au Cameroun

Depuis fin 2017, les séparatistes anglophones ont tué 31 membres des forces de sécurité, selon une compilation de l’AFP établie sur la base des déclarations officielles. D’autres observateurs à Yaoundé évoquent un bilan plus élevé.

Le nombre de séparatistes ou de civils tués reste inconnu.

Prises entre deux feux, les populations des deux régions anglophones font face à des besoins humanitaires grandissants dans des zones très difficiles d’accès pour les ONG.

 

Source : VOA Afrique

Laisser un commentaire