Le Zimbabwe va participer au prochain sommet du Commonwealth

0
150

Robert Mugabe avait claqué la porte en 2003 de ce forum des pays anciennement colonisés par la Grande-Bretagne, qui avait suspendu le Zimbabwe en raison du scrutin présidentiel de 2003, marqué par des violences et des accusations de fraudes.

Le pays est devenu de plus en plus isolé à partir des années 1990 au sein de la communauté internationale, en raison de la dérive autoritaire de Robert Mugabe, au pouvoir de 1980 à la fin 2017, quand il est renversé à 93 ans par un coup de force de l’armée et de son propre parti.

Le secrétaire d’Etat auprès du ministère zimbabwéen des Affaires étrangères, Joey Bimha, a déclaré à l’AFP que le pays sera représenté par le ministre, Sibusiso Moyo, lors de ce sommet des chefs d’Etat, qui débutera mardi pour deux jours.

« Le ministre a été invité par son homologue britannique, mais il ne participera pas aux délibérations », a-t-il précisé.

>> Lire aussi : Le successeur de Mugabe en Chine en quête de soutien

Joey Bimha a précisé que la participation de son pays marquait la volonté du nouveau chef d’Etat, Emmerson Mnangagwa, d’améliorer les relations internationales et de développer les investissements étrangers au Zimbabwe.

« Le président a dit qu’il ferait tout ce qui est nécessaire pour reprendre contact avec le monde », a-t-il rappelé.

Ancien vice-président et fidèle du régime, Emmerson Mnangagwa, 75 ans, a promis de relancer l’économie et les finances du pays, sorties exsangues du règne sans partage de trente-sept ans de Mugabe.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

Laisser un commentaire