Centrafrique : la Fondation ‘’Cri de cœur d’une mère’’ au chevet des porteuses de fistule obstétricale

0
85

Ce mardi 13 mars, à l’hôpital de l’Amitié à Bangui, la première Dame, Mme Brigitte Touadera, à travers sa fondation ‘’Cri de cœur d’une mère’’ a volé au secours des femmes porteuses des fistules obstétricales. Elle a offert un réconfort aux huit premières femmes malades ayant suivi les soins et recouvré la santé.

« Vous ne pouvez pas imaginer quelle joie je ressens en ce moment de ma sortie de l’hôpital », s’est exclamé Mlle Claudia une malade qui a été opérée et guérie, venue de Mbaïki. Elle qui explique : « j’avais subi une intervention chirurgicale suite à un accouchement difficile, puis après j’ai connu la fistule obstétricale. Mes parents ont bien voulu me soigner, mais le coût de l’opération était très élevé qu’ils ne pouvaient pas. Toutefois, on continuait à mobiliser l’argent lorsque nous avons appris qu’i y a cette session gratuite. Aujourd’hui, je suis guérie, je remercie tous ceux qui m’ont aidée à retrouver la santé et ma dignité de femme, surtout à la Première Dame, Madame Brigitte Touadera ».

En effet, la première session 2018 de la réparation chirurgicale des fistules obstétricales qui vient de connaitre ses premières guérisons, a débuté le 12 février dernier pour prendre fin le 28 du même mois dans le service d’Urologie de l’hôpital de l’Amitié. A en croire le Directeur dudit hôpital, la session devrait concerner que 15 femmes fistuleuses; mais finalement, ce sont 18 femmes qui ont été opérées. Et, elles proviennent principalement de Bangui et certaines villes environnantes comme Mbaïki, Boda, Yaloké et d’autres villes lointaines telles que Bayanga et Cabo.

Selon Brigitte Touadera, à l’instar des autres pays africains, les fistules posent un problème majeur de santé publique en République centrafricaine. « C’est en outre, une source de tragédie humaine et sociale », a-t-elle précisé. Elle a également relevé que les fistules obstétricales compromettent l’état de santé de femmes et détruisent leurs relations avec leur famille et la communauté. « Les femmes porteuses de fistules sont répudiées par leurs conjoints et marginalisées. De ce fait, les fistules obstétricales font partie des causes de mortalité et de morbidité maternelle et infantile », a précisé Mme Brigitte Touadera.

En plus du contexte actuel en Centrafrique marqué par la prolifération des groupes armés, auteurs des violences sexuelles sur les femmes pouvant potentiellement provoquer ces maladies, le Ministre de la Santé, Dr Pierre Somsé a ajouté les phénomènes croissants de grossesses précoces, la faible connaissance sur la planification des naissances, ayant ainsi un effet négatif direct sur la santé de reproduction de la femme.

La prévention et lutte contre cette maladie semble constituer le cheval de bataille de la Première Dame et sa Fondation. Ce qui fait dire à la Première Dame que ce combat est « l’une des priorités de la Fondation ‘’Cri de cœur d’une mère’’. Par conséquent, la Fondation s’investit particulièrement dans la lutte contre la stigmatisation, la discrimination et la marginalisation dont les femmes porteuses de fistules sont victimes ».

Le Directeur de l’hôpital de l’Amitié ajoutera plus loin que selon une étude récente menée en 2015 dans son service d’Urologie, l’incidence annuelle des Fistules obstétricales est de 36 cas, alors que le traitement ne peut être que chirurgical.

La Première Dame qui a manifesté son soutien et encouragement aux porteuses de cette maladie de « honte », a lancé un appel patriotique aux Centrafricains et aux partenaires d’apporter leur appui pour restaurer la dignité aux fistuleuses.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here