Centrafrique : Une colonne d’hommes armés quitte Bria pour Bangassou

0
560

BANGUI, 12 mars 2018 (RJDH)—Une colonne d’hommes armés a quitté Bria pour Nzacko et Bakouma afin de venir en renfort aux groupes armés de l’UPC afin de prévenir d’éventuelles attaques contre les autres groupes qui règnent en maîtres dans la ville de Bangassou, a appris le RJDH de sources sécuritaires.

Ce renforcement des forces des groupes armés autour de Bangassou intervient suite aux rumeurs de l’attaque de la ville ayant conduit au départ de plusieurs acteurs humanitaires de la ville de Bangassou et incitant les femmes à organiser le 7 mars une marche pour réclamer la sécurité et le départ du Chef de Bureau de la Minusca et du contingent marocain, accusés selon eux, de «passivité» face aux violences inter groupes armés dans la localité.

Selon les informations du RJDH, plusieurs véhicules à bord desquels ont pris place des hommes bien armés ont quitté Bria le week-end dernier pour la ville de Nzacko avant d’arriver à Bakouma. «Leur objectif est d’attaquer la ville de Bangassou», a confié une source sécuritaire qui souligne que les hommes armés, proches de la Séléka, jugent que les éléments d’autodéfense/anti-Balaka de Bangassou ne seraient pas prêts pour la réconciliation qui devrait aboutir à la libre circulation de la communauté musulmane.

Ce renfort selon nos sources, vise à soutenir l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) de Ali Darass dont les éléments se trouveraient à Bakouma et dans plusieurs autres villes de la préfecture du Mbomou et de la Basse-Kotto.

Depuis quelques jours, les rumeurs circulent dans la ville de Bangassou faisant état d’une attaque armée. Les premiers combats ont eu lieu à Rafai et à Bakouma à partir du 3 mars. L’arrivée de ces hommes armés inquiète la population qui craint un regain de violence dans la région.

Pour le moment, l’identité de ces hommes armés n’est pas encore connue. Le Mouvement Patriotique Centrafricain (MPC) du général Alkatim Mahamat ne se reconnait pas dans ce mouvement dont certains hommes seraient partis de Kaga-Bandoro. Un autre groupe, le  Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) basé à Bria n’est pas encore joignable au moment de notre publication.

Le  Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique et l’Union du Paix en Centrafrique ont signé un accord dit de «Fin de crise dans la Haute-Kotto» le 29 Juin 2016.

Source : RDJH

RDJH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here