Centrafrique : quand les Anti-Balaka font feu sur les gendarmes et policiers centrafricains à Bangassou, bilan incertain

0
257

Ce vendredi vers 11 heures du matin à Bangassou, des forces de sécurité intérieure (Gendarmes et Policiers centrafricains), appuyées par des soldats de la Minusca, se sont rendu sur un lieu de braquage d’une ONG internationale pour un constat d’infraction, mais ils ont été, par surprise, pris sous la pluie de coups de feu des miliciens Anti-Balaka. Bilan, incertain pour le moment.

D’après notre correspondant sur place, tout a commencé par le braquage rocambolesque des locaux de l’ONG Cordaid au centre-ville de Bangassou ce matin du vendredi 9 mars par un groupe des miliciens Anti-Balaka dans lequel, une quantité impressionnante quantité des biens ont été emportés.

Alertés, les éléments des forces de sécurité intérieure composée des gendarmes et policiers centrafricains, appuyés par leurs homologues de la Minusca, se sont précipités pour se rendre sur le lieu du braquage afin de dresser leur constat des faits officiel nécessaire pour la victime.

Entre temps, les braqueurs, qui ont déjà amassé environ 90% des biens entreposés dans ces locaux, sont revenus sur leurs pas afin de balayer probablement les restes des petites choses qui s’y trouvent encore.

Surpris par la présence des forces de l’ordre sur le lieu, les assaillants n’ont pas peur d’ouvrir le feu sur elles.

Les forces de l’ordre de leur côté ont répliqué, faisant du coup un affrontement musclé au plein centre-ville de Bangassou.

Finalement, le rapport de force est favorable aux Anti-Balaka qui ont pu chasser les soldats de la Minusca avec leurs collègues de FSI.

En débandade, les soldats de la Minusca ont réussi à emporter avec eux un véhicule de l’ONG Cordaid parqué à cet endroit pour l’amener dans leur base.

Cependant, trois autres véhicules sont restés derrière eux, probablement ils seront enlevés par les assaillants.

Par contre, une dizaine des moto-cross entreposée dans le bâtiment après le départ précipité du personnel de l’ONG Cordaid hier, elles ont été toutes emportées par les braqueurs Anti-Balaka ce matin.

Rappelons que l’ONG ACTED, qui a aussi entreposé ses équipements dans la concession voisine de Cordaid, vient de les perdre du coup. En conséquence, elle risquerait de plier ses bagages cette semaine pour rejoindre Bangui. Une perte pour la région.

Au même moment, ces même Anti-Balaka sont partis vers 12 heures, attaquer les locaux de l’ONG MSF qui avait quitté la ville et tout ramasser. Ils ont même chasser les FSI qui ont gardé l’endroit depuis 3 mois.

Pour l’heure, tout le monde se la demande comment la Minusca peut-elle prendre la poudre d’escampette devant une milice moins armée qu’elle ?

Selon une source concordante, le chef de bande Pino-Pino serait de retour hier dans la ville de Bangassou après plusieurs mois d’absence. Ses éléments ont fêté son retour par des tirs d’armes de joie dans la ville hier, faisant au passage la panique parmi la population locale.

Pino-Pino qui s’était réfugié à Bema, une commune voisine de Bangassou, serait le seul criminel et auteur de l’assassinat des soldats marocains à être libre ou vivant.

Source : abangui

abangui

Laisser un commentaire