Centrafrique : Les femmes s’engagent pour le relèvement économique

0
115

BANGUI, 07 Mars 2018 (RJDH) – Les femmes des huit arrondissements de Bangui, de Bimbo et de Bégoua ont tenu le même langage, «nous nous engageons pour le relèvement économique de Centrafrique». Des expositions vente sont organisées par rapport à cette journée du 8 mars.

En parcourant le 8ème, 6ème, 2ème, 1er et le 7ème arrondissements de la ville de Bangui, on voit une pléthore de stands. Les mêmes articles y ont été installés. Ces lieux pullulent de bières locales et étrangères et de toutes sortes de nourriture, des produits cosmétiques, des tableaux artistiques, des produits pharmaceutiques, des produits médicaux de la pharmacopée. On y trouve tout. Les gens se côtoient, la joie est au comble.

Nous avons rencontré Françoise Kiringuinza, ingénieur géologue au ministère des mines et de la géologie sur l’espace de l’UCATEX. Elle a opté pour la sensibilisation de la communauté au respect de l’hygiène, «c’est bien de célébrer la journée internationale de la femme. Il est aussi important de préserver la santé de nos compatriotes. Une campagne de lavage des mains avec du savon et de l’eau propre, fait partie de nos activités pendant ce moment d’exposition», a expliqué l’ingénieur géologue.

Elle a par ailleurs souligné que la femme ne doit pas se limiter rien qu’aux travaux ménagers, «aujourd’hui je suis ingénieur géologue au même titre que les hommes.  Je travaille pour la communauté voire pour ma famille. Par rapport à cette journée, nous avons aussi installé des stands pour exposer nos articles qui pourront nous rapporter du bénéfice», a-t-elle ajouté.

Nous avons rencontré Léa-Larissa Ouayéré Pawana, vice-présidente de la commission d’organisation foire 2018, qui a relevé que les femmes se sont engagées dans le relèvement économique de Centrafrique, «chaque stand coûte 10 000 FCFA. Une soixantaine de femmes ont payé et construisent leur stand sur l’espace de l’UCATEX, dans le 8ème arrondissement. Des pagnes, des objets d’art, On y trouve tout. Des femmes se sont installées pour la couture, d’autres pour la coiffure. Elles ont prouvé de quoi elles sont capables pour le relèvement économique», a-t-elle confirmé.

Pour Jasmine Houndambi, commerçante dans le 7ème arrondissement, elle a opté pour la vente des boissons locales et étrangères. Elle a relevé que plusieurs difficultés empêchent l’épanouissement économique de la femme, «le vol à mains armées dont j’ai été victime, a ruiné mon capital.  Les arriérés de salaires de certains agents de l’Etat, font partie des difficultés, parce que pendant cette période, la clientèle devient de plus en plus timide», a-t-elle déploré.

Les femmes rencontrées dans les arrondissements de Bangui ont tenu le même langage. Elles affirment qu’elles se sont engagées cette année à relever économiquement le pays à travers le commerce et d’autres activités génératrices de revenus.

Source : RDJH

RDJH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here