Dépôt de bilan du groupe Rougier, très implanté en Afrique

0
99

L’information de ce dépôt de bilan, communiquée par le tribunal de commerce de Poitiers, n’a été ni confirmée ni démentie à l’AFP par le groupe, qui doit communiquer plus précisément sur sa situation dans les jours à venir.

Rougier a toutefois à nouveau évoqué une « situation difficile » due aux problèmes logistiques rencontrés à Douala, le grand port et capitale économique du Cameroun, et aux « crédits de TVA des Etats africains en attente de remboursement qui, pour le Cameroun, sont de l’ordre de quasiment 10 millions d’euros ».

>> Lire aussi : Une société forestière française accusée de détruire l’habitat des Pygmées au Cameroun

Le sort du négociant, qui emploie quelque 3.000 personnes dans le monde dont 2.900 en Afrique, et contrôle sept usines sur le continent, doit être examiné vendredi par le tribunal de commerce qui devrait décider le 13 mars de la suite à donner: liquidation ou mise en redressement judiciaire.

La cotation des titres du groupe, qui avait accusé en 2016 (dernier chiffre connu) une perte nette de 6,3 millions d’euros, avait été suspendue à sa demande le 27 février

La direction de Rougier évoquait toujours, mardi, des stocks « significativement grossis du fait de la non-évacuation des expéditions d’un port complètement saturé qui ne fait l’objet d’aucun investissement et qui par ailleurs est considérablement ensablé, ce qui gêne les bateaux pour aller jusqu’aux quais prendre les colis à expédier ».

>> Lire aussi : Le WWF accusé de complicité d’abus contre des pygmées

« Avec l’absence d’implication de l’Etat camerounais pour améliorer cette situation, le groupe n’a pas eu d’autre choix que de mettre au chômage technique l’ensemble de ses effectifs au Cameroun – quelque 700 personnes – et donc d’arrêter temporairement ses activités au Cameroun », a indiqué la direction.

La société, « en péril avec une baisse de rentabilité, des tensions de trésorerie »n a opéré, sous la houlette de Francis Rougier, 70 ans, petit-fils du fondateur appelé à la rescousse il y a trois semaines, « un recentrage stratégique » pour tenter de redresser la barre.

Des activités en France rentables

Le point de tension « s’est accentué au second semestre 2017 » au port de Douala, qui constitue également un point d’évacuation des productions congolaises. Cela complique encore la donne, souligne-t-on chez Rougier.

Les 2.900 employés de Rougier en Afrique sont répartis sur trois pays, Cameroun, Gabon, Congo, avec une extension récente dans le sud de la République centrafricaine.

Le chiffre d’affaires 2017 affichait une baisse de 7,5% sur les 149,4 millions d’euros de 2016.

Le groupe, fondé en 1923, mène trois activités principales pour commercialiser du bois dans 50 pays: Rougier Afrique International (exploitation de forêts naturelles, transformation industrielle et commerce international), l’importation et la distribution en France de bois de toutes origines, et les plantations (étude, gestion, et investissements dans les plantations forestières industrielles en Afrique).

La branche importation et distribution en France représente « 25% environ du chiffre d’affaires », et n’a pas de problèmes de rentabilité ni de pérennité, contrairement aux activités africaines, a indiqué le groupe.

Rougier possède six usines de sciage en Afrique: trois au Gabon (à Mevang, Ivindo, et Mbouma), deux au Cameroun, (à Djoum et Mbang) et une depuis peu, en République centrafricaine (à Moualé) ainsi qu’une usine de déroulage de contreplaqué au Gabon. Il exploite au total 2,3 millions d’hectares de forêts.

A fin 2016, le groupe supportait une créance de 8 millions d’euros de TVA non remboursée par le seul Cameroun, et de 15,6 millions d’euros en incluant les créances du Congo et du Gabon.

La famille Rougier possède 60% du capital, celle d’Eric-Bastien Ballouhey 4,2%, les salariés 2,1%, et le flottant en bourse s’élève à quelque 32,7% avec 1% d’auto-contrôle.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

Laisser un commentaire