Une députée française d’origine togolaise porte plainte après des menaces de mort racistes

0
111

Ce courrier, que Laetitia Avia, élue de Paris pour la République En Marche (LREM), a publié sur son compte Twitter, se termine par « Compte tes jours, on va s’occuper de toi ».

« Je n’ai jamais subi une attaque d’un tel racisme. Et on me menace de mort. On ne peut pas laisser passer ça », a déclaré à l’AFP Mme Avia, née au sein d’une famille originaire du Togo.

« Indigné par l’odieuse attaque raciste dont a été victime Laetitia Avia. Je lui adresse tout mon soutien », a tweeté le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb.

>> Lire aussi : Euro 2016: à J-5, la France sous la menace du ciel, de grèves et d’attentats

« Quand le racisme d’une violence innommable touche nos députés… ça donne cette ignoble lettre d’insultes », a tweeté pour sa part le délégué général de LREM Christophe Castaner.

Deux associations françaises ont également apporté leur soutien à la députée de Paris.

Pour SOS Racisme, cet épisode « rappelle ce qu’est la virulence du racisme antinoir. En choisissant de publier cette lettre, Laetitia Avia contribue à montrer ce que sont les pensées putrides qui continuent à agiter une partie de notre pays. En 2018, le fait d’être noire expose ainsi une députée à être comparée à une +truie noire+ et à un +singe+ », relève l’association dans un communiqué.

De son côté, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) a indiqué qu’il envisageait de porter plainte. « Il demande que les pouvoirs publics, les élus, les associations et tous les acteurs concernés se mettent à l’ouvrage pour faire évoluer la législation et prendre en compte les évolutions techniques les plus récentes et les moyens qu’internet met à disposition des auteurs de haine et de propos discriminatoires et racistes », ajoute le mouvement dans un communiqué.

La semaine dernière, l’annonce du choix d’une jeune métisse – qui a des origines béninoises par son père et polonaises par sa mère – pour incarner Jeanne d’Arc aux prochaines festivités annuelles célébrant l’héroïne nationale française avait déclenché sur les réseaux sociaux un déferlement de commentaires injurieux et racistes.

Le procureur de la République à Orléans (centre) a ouvert une enquête préliminaire pour « provocation publique à la discrimination et la haine raciale » à propos de deux tweets comparant cette jeune femme à un singe.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

Laisser un commentaire