Le meurtre d’un enfant de 4 ans, possible crime rituel, ébranle la Côte d’Ivoire

0
293

Il s’agirait d’un crime rituel. Un bijoutier est suspecté. Il est aux mains de la police.

Le bijoutier voulait devenir riche, a-t-il affirmé à la police.

« Bouba » de son surnom, le petit Traoré Aboubacar Sidiki a subitement disparu samedi 24 février 2018 dans son quartier de Williamsville, sans que personne ne sache où il est passé, selon nos sources.

Mais selon plusieurs témoins, la dernière personne en compagnie de qui « Bouba » a été vu est le bijoutier Papys, bien connu de la famille et des voisins.

Le suspect ne le nie pas mais affirme l’avoir laissé repartir à la maison après lui avoir remis des bonbons.

>> Lire aussi : Violences xénophobes sur fond de crimes rituels en Zambie

Problème, Bouba n’est jamais arrivé à destination.

Le bijoutier s’est même proposé d’aider la famille à rechercher l’enfant. Des fouilles et recherches ont été alors effectuées dans tout le quartier, sans succès.

Finalement, cuisiné par la police, Papys, le bijoutier, a fini par avouer son crime pour ensuite conduire les policiers derrière le CHU d’Angré à Cocody, où il avait enterré le petit Bouba après l’avoir égorgé et vidé de son sang.

Le suspect a été immédiatement arrêté puis écroué.

L’indignation est grande aujourd’hui à Williamsville et sur la toile.

De nombreux Ivoiriens promettent de rendre un hommage ce samedi au petit Bouba, à travers une marche silencieuse dans son quartier.

Georges Ibrahim Tounkara, correspondant à Abidjan

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

Laisser un commentaire