Appel à une augmentation du financement et d’humanitaires en RDC

0
15

« La priorité pour la RDC est une augmentation massive du financement et d’humanitaires travaillant dans des zones de conflit, y compris au Nord-Kivu. Autrement, la communauté humanitaire ne sera pas en mesure de gérer la situation et fera inévitablement face à des calamités certaines », écrit dans un communiqué le Conseil norvégien des réfugiés (NRC).

« Ce qui se passe en RDC est une des pires crises au monde, mais personne ne semble s’en soucier » alors que « 13 millions de personnes ont maintenant besoin d’une aide d’urgence », a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du NRC, lors d’une visite dans l’est du pays.

>> Lire aussi : Coup de gueule de Kinshasa contre le rapport de l’ONU sur les droits de l’homme en RDC

« Nous sommes déjà submergés par ce qui ressemble à un continent de crises, et nous, en tant qu’humanitaires, sommes si peu nombreux et sans moyen d’aider », ajoute-t-il.

« Les dirigeants mondiaux et le public n’ont pas compris que les guerres du Congo sont de retour et cette fois-ci à une échelle encore supérieure. Des hommes armés attaquent et maltraitent des femmes et des enfants sans défense chaque jour, déplaçant des millions de personnes « , explique M. Egeland.

La RDC fait face au plus grand nombre de personnes nouvellement déplacées dans le monde en 2016 et en 2017. Les opérations d’aide humanitaires dans ce pays « n’ont reçu que 52% des fonds nécessaires au cours de l’année écoulée. Les agences humanitaires sont sous-financées et dépassées par l’ampleur de cette méga-crise », affirme le NRC dans son communiqué.

Depuis mi-décembre, environs 200.000 personnes ont été déplacées en Ituri, région du nord-est, affectée par de conflits intercommunautaires, selon les humanitaires. Ces violences représentent un des nombreux conflits qui minent plusieurs régions congolaises. Les régions du Kasaï (centre), Nord et Sud-Kivu (est) ainsi que le Tanganyika (sud-est) sont aussi concernées par des violences.

La RDC compte 4,5 millions de déplacés, dont 1,7 million supplémentaires en 2017, d’après les estimations des humanitaires.

Ce pays a été ravagé par deux guerres entre 1996 et 2003.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here