Dix-sept manifestants condamnés à quatre mois de prison ferme au Tchad

0
28

« Sur les 94 personnes interpellées dans le cadre des différentes manifestations qui ont eu lieu la semaine dernière, 17 ont été condamnées à quatre mois de prison ferme pour trouble à l’ordre public, destruction de biens, attroupement non autorisé et coups et blessures volontaires sur les éléments des forces de l’ordre », a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police, Paul Manga.

Ces dix-sept manifestants condamnés ont été écroués à la maison d’arrêt de N’Djamena, a poursuivi le porte-parole de la police, indiquant que les 77 autres interpellés avaient été relaxés.

>> Lire aussi : Manifester son mécontentement reste un pari risqué au Tchad

« Le parquet réitère à l’endroit des manifestants que le taux de tolérance est de zéro à l’endroit des fauteurs de troubles », a averti le procureur de la République tchadienne, Mahamat Saleh, lors d’une rencontre avec la presse mardi matin.

Depuis fin janvier, les appels à marcher contre les mesures d’austérité imposées par le gouvernement se sont multipliés autant que leurs interdictions par le gouvernement.

>> Lire aussi : Au moins un mort lors d’une manifestation à N’Djamena

Pour avoir soutenu un appel à manifester début février, dix partis d’opposition avaient été suspendus pour deux mois pour « troubles à l’ordre public » et « incitation à la violence ».

Ce mécontentement social généralisé, soutenu par l’opposition, a pris des allures de fronde contre le président Déby, au pouvoir depuis 1990. Il fait suite aux mesures d’austérité mises en place par le gouvernement pour pallier la grave crise économique que traverse ce pays pétrolier depuis 2014, accentuée par la chute du prix du baril.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here