Un conseiller d’un ex-prétendant à la présidentielle arrêté en Egypte

0
22

Hicham Geneina était le conseiller pour les droits de l’Homme du général Sami Anan, ancien chef d’état-major de l’armée égyptienne, lui-même arrêté et exclu en janvier de la course à la présidence après avoir été accusé par les autorités de ne pas « avoir respecté les procédures » et de semer la « division ».

Le président Abdel Fattah al-Sissi, qui dirige l’Egypte d’une main de fer depuis 2014, est le seul candidat sérieux à sa propre succession pour cette élection.

M. Geneina « a été arrêté (chez lui) et il devrait probablement être présenté au parquet militaire » mardi soir, a expliqué à l’AFP son avocat Me Ali Taha qui a dit ne pas détenir d’autres informations.

>> Lire aussi : Une présidentielle égyptienne « ni libre ni équitable », selon des ONG

En 2016, M. Geneina, juge de formation, avait été démis de l’Autorité de contrôle des comptes publics par le président Sissi après avoir chiffré à 60 milliards d’euros le coût de la corruption publique entre 2012 et 2015. Il avait été accusé de « diffusion de fausses informations ».

Son arrestation mardi intervient au lendemain d’une interview qu’il avait accordée au Huffpost arabe, un site bloqué en Egypte.

Dans cet entretien, il explique que des documents portant sur « des événements politiques et des crises que la société égyptienne a connu depuis le 25 janvier », 2011 date de la révolution qui a provoqué la chute du président Hosni Moubarak, sont gardés en lieu « sûr » à l’étranger.

M. Anan « a une réserve de secrets », a-t-il déclaré. Des secrets qui, a-t-il dit, pourraient être révélés s’il était exposé à un danger.

>> Lire aussi : La présidentielle s’annonce comme une formalité pour Sissi

Après ces déclarations, le porte-parole des forces armées s’est fendu d’un communiqué, assurant que toutes les procédures légales seraient prises pour « protéger la sécurité nationale et préserver l’honneur et la dignité (des forces armées) ».

L’avocat de M. Anan, Me Nasser Amin, qui a annoncé sur Facebook que son client était détenu dans une prison militaire, a toutefois nié l’existence de ces documents.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here