Munitions et drogue dans un camion d’un sous-traitant de l’ONU en RCA: 5 personnes en procès

0
52

Cinq personnes sont en procès en Centrafrique dans l’affaire des munitions et de la drogue découvertes fin janvier dans un camion affrété par une entreprise privée sous contrat avec l’ONU à Ippy, dans le centre de la RCA.

Ces cinq personnes – deux chauffeurs, deux assistants et un passager – sont accusées de détention de munitions de chasse sans permis, de détention de chanvre indien et de détention de stupéfiant, a indiqué à l’AFP le procureur de la République du tribunal de grande instance de Bambari (centre de la RCA), Arnaud Eric Tandjio.

Le jugement a été mis en délibéré et devrait être prononcé mercredi.

La mission de l’ONU (Minusca) avait annoncé la semaine dernière avoir découvert à Ippy plusieurs centaines de munitions de fusil de chasse et de la drogue, cachées dans un camion affrété par l’entreprise Ecolog. La drogue saisie était du « chanvre indien et du tramadol », un analgésique opioïde, selon M. Tandjio.

Ecolog, qui est un fournisseur de services dont le siège social est à Dubaï, a indiqué lundi dans un communiqué qu’une enquête interne avait été « immédiatement » ouverte après qu’elle eut été informée de l’affaire.

Selon l’entreprise, cette enquête a démontré que « tous les conteneurs sur les camions Ecolog étaient scellés de façon appropriée » et « n’avaient pas été utilisés pour le transport de marchandises interdites ».

L’entreprise souligne que l’enquête judiciaire concerne des individus et non la société.

Ecolog a affirmé avoir congédié les entreprises sous-traitantes de fourniture de personnel pour lesquelles les chauffeurs impliqués travaillent.

La Centrafrique, où de nombreux groupes armés continuent de sévir, est visée par un embargo sur les armes depuis 2013.

Le carrefour stratégique du centre du pays, entre les villes de Bakala, Ippy et Bambari, est le théâtre de nombreux combats entre groupes armés qui s’allient selon les circonstances et leurs intérêts locaux (contrôle de mines, racket routier, vol de bétail).

La Centrafrique est embourbée dans un conflit meurtrier depuis 2013. L’Etat n’a de contrôle que sur une maigre partie du territoire national. Les groupes armés s’affrontent dans les provinces pour le contrôle du diamant, de l’or et du bétail dans ce pays qui est un des plus pauvres du monde.

cbb/ah/jh

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here