Le patron du club Zamalek se lance dans la course à la présidentielle en Egypte

0
26

« Je serai candidat à l’élection présidentielle et je vais commencer à récolter des parrainages », a-t-il indiqué sur sa page Facebook.

Il a ensuite réaffirmé son intention de briguer la présidence dans une émission de télévision, soulignant que le « problème était de réunir environ 25.000 signatures dans 15 provinces en dix jours seulement ».

Ancien magistrat, devenu depuis député, M. Mansour défraie régulièrement la chronique, n’hésitant pas à insulter un avocat ou à s’en prendre violemment à ses homologues.

Son immunité parlementaire lui a permis d’éviter des poursuites en justice après des plaintes pour insultes et diffamation notamment.

L’actuel président Abdel Fattah al-Sissi, élu en 2014, a récemment déclaré qu’il ne briguerait pas un troisième mandat en 2022, laissant entendre qu’il serait candidat à sa réélection cette année.

Fin décembre, le porte-parole de la présidence avait toutefois indiqué que M. Sissi prendrait sa décision en « temps voulu », selon le journal d’Etat Al-Ahram.

Trois personnalités avaient annoncé en novembre leur intention de concourir mais l’une d’elles est récemment revenue sur sa décision, une autre a depuis été condamnée à de la prison et la candidature de la dernière semble incertaine à cause d’une affaire judiciaire.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here