Formation à la gestion des problèmes sécuritaires pour les FARDC

0
40

Cette formation intervient alors que la situation politique et sécuritaire est très tendue en RDC en raison du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà de son dernier mandat qui s’est achevé le 20 décembre 2016.

Selon les autorités, 55 participants venus des différentes institutions – présidence, parlement, police, la puissante Agence nationale de renseignements (ANR), ministères – seront ainsi formés lors d’une première session spéciale par le tout nouveau Collège de hautes études de stratégie et de défense de la RDC.

Cette session spéciale vise à doter ces hauts cadres civils et de l’armée d’une « connaissance approfondie en matière de défense et sécurité », a expliqué le général-major Gédéon Kibonge-Mulongu, commandant du collège.

« Les auditeurs doivent développer des visions à moyen et long terme permettant de motiver les options d’application stratégique dans le domaine de la politique, de défense et de sécurité », a dit l’officier lors d’une cérémonie officielle.

Il s’agit de les « armer scientifiquement et professionnellement afin de s’adapter de façon globale à la gestion complexe qu’entourent les questions de défense et sécurité sur le plan national », a-t-il ajouté.

En associant les civils aux militaires, les autorités sont convaincues que « la question de la paix et de sécurité n’est pas réservée qu’aux seuls militaires, mais c’est une affaire de tous », a déclaré le ministre de la Défense congolais Crispin Atama.

>> Lire aussi : L’ONU regrette l’absence de poursuite pour « crimes contre l’humanité » au Kasaï

Les forces de sécurité congolaises sont régulièrement accusées par des organisations nationales et internationales ainsi que par l’opposition de violations des droits de l’Homme.

Créé en janvier 2016, le Collège de hautes études de stratégie et de défense relève de l’autorité du chef d’État-major général des armées de la RDC.

Géant de l’Afrique centrale, la RDC a été ravagée par deux guerres entre 1996 et 2003. Sa partie orientale est en proie à des violences armées depuis plus de vingt ans.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here