Le procès de Rodrigue Ngaïbona alias « Général Andjilo » renvoyé au 11 janvier prochain

0
517

Bangui – La première session criminelle de l’année 2018 a démarré, lundi 8 janvier 2018 au palais de justice de Bangui, avec l’affaire de l’ex-chef anti-balaka Rodrigue Ngaïbona alias « Andjilo », poursuivi notamment pour association de malfaiteurs, détention illégale d’armes et munitions de guerre.

Dans une salle d’audience pleine à craquer, le Président de la Cour d’Appel de Bangui, Alfred-Rock Goumbré, a renvoyé, l’affaire au 11 janvier prochain, suite à la requête de la défense qui estime ne pas détenir les mêmes pièces que le Parquet Général.

Maître Jean-Pierre Mandoukou et son collègue Didier Gonénzapa ont salué la sage décision de la Cour de renvoyer ce dossier pour leur permettre de bien préparer la défense de leur client.

Ils ont remercié les avocats des victimes et ceux des organisations des droits de l’homme, constitués en parties civiles qui ont soutenu leur requête dans la mesure où le dossier « Andjilo » devrait être jugée avec beaucoup de sérieux.

Ils ont fait savoir qu’ils ne comprenaient pas pourquoi le dossier Andjilo inscrit à la 20ème place du rôle a finalement été ramené à la première place pour être jugé aujourd’hui.

De l’autre côté, le Procureur général près la Cour d’Appel de Bangui, Eric-Didier Tambo, a expliqué que lui aussi ne comprenait pas pourquoi les avocats de la défense ont demandé un report de de ce procès.

Selon lui, ses adversaires détiennent les mêmes pièces que lui du fait qu’ils sont impliqués dans ce processus depuis les enquêtes préliminaires jusqu’à l’audience du tirage au sort des jurés le 22 décembre dernier.

Il convient de rappeler que c’est à l’ouverture de l’audience que les 15 jurés ont prêté serment, avant le tirage au sort de six d’entre eux pour siéger à la présente session criminelle devant examiner les 29 dossiers inscrits au rôle.

Célèbre pour ses exactions en qualité de chef des miliciens anti-balaka, Rodrigue Ngaïbona alias « Général Andjilo », 25 ans, fut arrêté le 18 janvier 2015 par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) et placé en détention préventive au camp De Roux, siège de l’état-major général de l’armée centrafricaine.

Etienne Vikoma/ACAP

Source : abangui

abangui

Laisser un commentaire