Centrafrique : le gouvernement s’oppose à une augmentation unilatérale du prix de...

Centrafrique : le gouvernement s’oppose à une augmentation unilatérale du prix de la bière

47
PARTAGER

Le ministre centrafricain du Commerce et de l’Industrie, Côme Hassane, au cours d’une réunion qu’il a organisé mercredi, s’est catégoriquement opposé à une éventuelle augmentation du prix de la bière décidé unilatéralement par la brasserie Castel, gérant de monopole de production et de commercialisation de la bière en République Centrafricaine (RCA).

“La brasserie Castel n’a pas respecté la procédure d’augmentation de prix, devant regrouper le Ministère du Commerce, l’organisation des consommateurs et la brasserie elle-même”, a déploré M. Hassane, avant de prévenir “qu’une telle attitude n’engage pas le gouvernement, encore moins le chef de l’Etat Faustin-Archange Touadéra”.

Il a promis que le gouvernement réagira dans les jours qui viennent.

Samedi dernier, le directeur général de la brasserie Castel, Pascal Bérenger, avait annoncé lors d’une conférence de presse que le prix de la bière serait majoré de 80 francs CFA pour les grandes bouteilles de 65 cl et de 40 francs CFA pour les petites bouteilles de 33 cl à compter de janvier 2018, conformément à une disposition de la loi des finances.

Depuis l’annonce de la proposition de la majoration du prix de la bière, les grossistes ont quotidiennement manifesté devant la brasserie, pour obliger ses responsables à remettre les prix d’antan.

Pour se défendre au cours de la réunion commanditée par le ministre du Commerce, une réunion qui s’est achevée en queue de poisson, M. Bérenger a déclaré avoir injecté plus de 10 milliards de francs CFA dans la modernisation de l’entreprise qu’il dirige et qu’il n’accepte pas une accusation à ce sujet.

Sans attendre l’effet de l’annonce, des détaillants ont modifié le prix d’une bouteille de bière, passant de 650 francs CFA auparavant à 900 francs CFA, provoquant ainsi la colère tant des commerçants grossistes que des consommateurs.

Source : Africatime

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE