Centrafrique/Castel : Pourquoi les pénuries et problèmes de qualité de boissons ?

0
46

Les consommateurs centrafricains de bières locales ont du faire face à de grandes difficultés de pénurie et de mauvais qualité, lors des festivités de fin d’années, notamment à l’occasion de la fête du 1er Décembre – date de la proclamation de la République centrafricaine et la fête de noël 2017. En prélude à la fête de fin d’année, le Directeur général de la brasserie Castel, M. Pascale Berenger assisté de son Chef de services commercial et ventes, M. Antoine Ngbakoyen, en a fait le point à la presse, au cours d’une conférence de presse, le week-end dernier.

Le malheur des consommateurs de bières locales proviendraient essentiellement de certains vendeurs dits ‘’Grossistes’’ véreux. Habillé dans une rare sincérité, le Directeur général de la brasserie Castel a expliqué à la presse, point par point, que les problèmes de qualité de boissons ou de l’augmentation inopinée des prix au niveau des bars ne relèvent aucunement de son entreprise qui, faut-il le préciser, jouit d’une situation de monopole de fait.

« En ce qui concerne le problème de prix de nos produits, il est fixé par la Loi des finances qui est votée par les Députés en tant que représentants du peuple », ainsi déclarait le DG Berenger qui explique que cette Loi s’impose donc à tout le monde et est applicable à partir de janvier de chaque année. En ce qui concerne l’augmentation en perspective pour l’année 2018, le Chef de service commercial, Antoine Ngbakoyen a fait savoir que la Direction générale de la brasserie a tout mis en œuvre pour que l’augmentation de 150 F.CFA sur la bouteille initialement proposée par le Gouvernement puisse être ramenée à 40 F.CFA pour la grande bouteille et, 20 F.CFA pour la petite bouteille. Mais, cette augmentation n’est pas encore effective pour le moment.

Toujours sur l’aspect du prix, le DG est revenu à la charge pour expliquer que le problème de l’augmentation dans les bars n’est pas le fait de la brasserie, parce que « nous vendons au même prix toute l’année. Par contre, certains de nos grossistes font de la spéculation en créant des pénuries artificielles. Il y en a encore d’autres qui non seulement ne respectent pas les prix indiqués, mais qui font de la fraude en manipulant le contenu des bouteilles pour augmenter la quantité de leur stock au détriment de la qualité, ceci en rajoutant d’autres produits que nous ne connaissons pas ».

Du coup, il y a problème parce qu’effectivement, beaucoup sont des consommateurs qui se plaignent de cet état de choses. Des boissons à saveur inhabituelle ou des bouteilles contenant des particules insolites… sont souvent déplorés. D’ailleurs, la manipulation du contenu des bouteilles représente un potentiel problème de santé publique. D’où nécessité de mesures fortes pour contrer ce système de fraude, ainsi que ces pénuries artificielles.

Des mesures draconiennes à la brasserie Castel

Hors mis l’action gouvernementale de lute contre ces pratiques, la Direction générale de la brasserie Castel, à son niveau, a déjà pris un certain nombre de mesures. « Nous avons demandé à ce que les services de lutte contre la fraude puissent faire un travail dessus », a annoncé le DG Berenger qui ajoute que « toutefois, à notre niveau, nous allons déployer des équipes sur le terrain auprès des grossistes pour vérifier s’ils disposent des quantités suffisantes de produits et si les prix qu’ils pratiquent sont ceux qui leur ont été conseillés ».

En ce qui concerne le problème de pénurie de boissons, M. Berenger a rassuré que « la production va augmenter progressivement pour que d’ici à fin janvier (2018), elle soit capable de satisfaire la totalité du marché, voire plus que les besoins actuels. C’est l’objectif que nous visons à travers l’investissement massif que nous faisons au niveau de l’unité de Centrafrique ». Le Chef de services commercial et Vente a ajouté que la brasserie a acquis une nouvelle machine d’une grande capacité de production : 21 000 bouteilles grandes modèles par heure ; et 27 000 bouteilles petit modèle par heure. Une machine ultra moderne qui produit toute la bière sans une intervention humaine pour éviter les problèmes de qualité. « Toutefois, cela ne signifie pas que notre personnel va partir en chômage, il va être utilisé dans d’autres services », a-t-il précisé tout en indiquant que 14 autres personnes sont recrutées pour compléter l’effectif du personnel.

En effet, de cette augmentation de production devra découler la solution au problème de pénurie et de limiter les risques de manipulation des bouteilles, afin de préserver la qualité.

Dans la série des mesures prises par la Direction générale de Castel, il y a des primes d’encouragement accordées aux vendeurs sérieux et citoyens. C’est le DG qui l’a annoncé en ces termes : « Pour cette année, nous allons pratiquer une nouvelle politique commerciale, c’est-à-dire que les bars qui respectent la bonne qualité du produit et le prix, nous allons les aider en leur dotant avec de matériels publicitaires et d’autres supports. Mais, ceux qui font la fraude, nous ne les aiderons plus ».

Notons que la brasserie Castel s’est toujours voulu une « société citoyenne ». Une citoyenneté qui se traduit par les nombreuses activités réalisées dans le Volet social. Pêle-mêle, M. Antoine Ngbakoyen a cité en exemple, l’appui aux équipes de football, Castel-Foot et Tempête-Mocaf. De même, les chefs de quartiers bénéficient d’appuis également de la part de cette société, sans compter que Castel paie régulièrement ses textes et impôts à l’Etat.

L’on se souviendra qu’il y deux ans en arrière, au pic de la crise, la brasserie a fait don des cuve-à-eau aux déplacés du site de la paroisse Fatima.

Ben vent à la brasserie Castel pour que se développe l’économie nationale, en cette période cruciale de relèvement et de reconstruction post-crise en Centrafrique.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here