Centrafrique : Le Parti de l’Unité et de la Reconstruction appelle au...

Centrafrique : Le Parti de l’Unité et de la Reconstruction appelle au boycott des festivités du 1er décembre

13
PARTAGER

BANGUI, 17 novembre 2017 (RJDH)—Le Parti de l’Unité et de la Reconstruction (PUR) a refusé de prendre part aux festivités du 1er décembre 2017. Pour Eddy-Symphorien Kparékouti, président de cette formation politique, cette célébration n’a aucun sens à cause de la persistance des violences contre le peuple centrafricain.

Cette position a été exprimée dans une déclaration signée du président du Parti de l’Unité et de la Reconstruction. Il s’agit, selon le parti d’une réaction « courageuse contre l’inaction du gouvernement et l’incapacité de la Minusca à mettre fin aux violences et aux caprices des groupes armés qui continuent de tuer, piller et détruire le pays ».

Le président du PUR a indiqué dans cette déclaration que sa formation politique décline l’offre du gouvernement de participer au défilé. Cette formation politique estime que ces festivités n’ont aucun sens, « en réaction à l’inaction de l’Etat d’assurer la protection des civils, d’asseoir l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire et d’imposer la ligne de la paix aux faiseurs de la mort en Centrafrique : Le Parti de l’Unité et de la Reconstruction (PUR) fidèle à sa philosophie et son idéologie, décide de ne pas participer au défilé et à toutes les manifestations festives qui n’ont aucune signification », lit-on dans la déclaration.

Célébrer cette journée dans la joie signifie pour le PUR, c’est accepté et se réjouir de tout le désordre actuel dans le  pays, « le PUR appelle ses militantes, militants, sympathisantes et sympathisants, la diaspora, ainsi que tous les Centrafricains à refuser de célébrer l’occupation de nos territoires, la destruction et l’exploitation illégales de nos richesses et surtout à se réjouir sous un quelconque prétexte, de la mort de nos frères et sœurs livrés aux bandes armées sur les ¾ du territoire », explique Eddy-Symphorien Kparékouti qui propose que la journée soit utilisée pour faire des réflexions sur la situation du pays.

Le président du parti de l’Unité et de la Reconstruction a demandé aux autorités de prendre conscience de la réalité et de mettre fin aux réjouissances populaires inutiles afin de voir la réalité en face. Il engage le gouvernement et la Minusca à ouvrir les yeux sur les agitations des groupes armés qui cachent selon lui, des intentions malveillantes de destruction et du retour au point zéro, «Le PUR engage les élus de la nation en générale à prendre la mesure du danger actuel manifeste par le rassemblement des groupes armés, leur perpétuelle mobilité, leur durcissement de position et le renforcement de leur capacité militaire à un moment où le plaidoyer en faveur du désarmement s’amplifie et le processus prend forme. Aujourd’hui il faut sauver le peu d’acquis qui existe avant de penser à faire autre chose car un embrasement sonnerait inéluctablement à notre descente à l’état d’animal », précise la déclaration du PUR.

Le PUR est l’unique formation politique à dénoncer a l’occasion de ces festivités le comportement des groupes armés. C’est aussi l’unique parti à appeler au boycott de cette fête au nom de la souffrance que le peuple continue d’endurer surtout l’occasion du pays par les groupes armés. Il reste vrai que cette position est partagée par de nombreux observateurs sauf que personne n’ose le dire tout hait.

Source : RDJH

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE