Centrafrique : les Anti-Balaka occupent les rues de Bouar

Centrafrique : les Anti-Balaka occupent les rues de Bouar

169
PARTAGER

Après les menaces du groupe 3R du Camerounais Siddiki d’occuper la ville de Bouar, c’est le tour des miliciens Anti-Balaka de perturber fortement la tranquillité d’esprit des habitants de cette ville.

Depuis l’assassinat présumé du porte-parole des 3R par les miliciens Anti-Balaka, toute la région de la Nana-Mambéré semble plonger de nouveau dans une crise sécuritaire inquiétante.
Les rebelles des 3R, dans un souci de vengeance par rapport à la mort de l’un de leurs, menacent à plusieurs reprises d’envahir la grande ville de Bouar avec les communes environnantes. Telqu’,on les connaît, personne ne peut prendre à la légère cet ultimatum du 3R dans la région, y compris les autorités locales. Du coup, la population locale se prépare au pire si jamais les 3R décident réellement d’attaquer leur ville.

De l’autre côté, les miliciens Anti-Balaka, comme à l’accoutumée, se remettent en scène dans les rues de Bouar. Depuis quelques jours, on les voit partout avec leurs armes en mains. Sans le savoir, la présence partout de ces anti-balakas ne fait qu’alimenter la peur de la population civile.
Selon un Habitant de Bouar contacté par CNC, il n’y a pas vraiment de différence entre les Anti-Balaka et les autres groupes armés. Leur présence n’assure guerre personne, bien au contraire conclut cet habitant. Un conducteur du taxi-moto nous a aussi confirmé que ce sont les raquettes de la population civile par ces miliciens anti-balaka qui font remonter la colère des habitants de Bouar. Ils demandent tout le temps la contribution de guerre, selon leur propre terme, aux taxis-motos, a déploré ce conducteur de taxi.

Du côté des autorités préfectorales, c’est un silence complice qui domine.
Alors, on peut dire que les anti-balaka sont-elles devenues une force régulière pour se promener en toute quiétude avec leurs armes dans les rues ? Sont-ils capables de résister à la force de frappe des ennemis ?

Les réponses sont dans le passé de ce mouvement armé dont les éléments sont connus avec les tactiques du combat qui consistent à fuir au Premier coup de canon de l’adversaire.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE