Ouverture à Bangui de l’atelier sur les opportunités à travers l’AGOA

Ouverture à Bangui de l’atelier sur les opportunités à travers l’AGOA

20
PARTAGER

Bangui – Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Come Hassane, a ouvert mardi 11 juillet 2017 à Bangui, les travaux de l’atelier sur les opportunités à travers l’AGOA (la Loi américaine sur la Croissance des Opportunités en Afrique).

L’objectif de cet atelier organisé par le ministère du Commerce et de l’Industrie avec le soutien technique et financier de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique est de sensibiliser les principaux acteurs des secteurs public et privé sur les avantages et opportunités d’exportation offerts par l’AGOA.

Le ministre Come Hassane a expliqué que l’éligibilité de la République Centrafricaine à l’AGOA est due à un certain nombre de paramètres, notamment le renforcement de l’état des droits, la croissance de l’économie du marché et la réduction de la pauvreté.

«L’AGOA, c’est un grand marché et même le fondement d’un partenariat économique entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Afrique, si la République Centrafricaine bénéficie de cette opportunité, il revient aux opérateurs économiques de s’en saisir », a indiqué le membre du gouvernement.

Il a exhorté les participants à s’imprégner des techniques d’exportation des marchandises hors taxe de la République Centrafricaine vers les Etats-Unis d’Amérique.

le Premier Conseiller à l’Ambassade des Etats-Unis en Centrafrique, Matthew Victor Cassetta, a souligné que l’enjeu de cet atelier est d’engager les acteurs des secteurs productifs public et privé afin de créer des nouvelles opportunités économiques en République Centrafricaine.

Pour l’expert de l’AGOA, le Ghanéen, Kara Diallo, la République Centrafricaine a d’énormes secteurs productifs qui peuvent lui générer des profits dans le cadre de l’AGOA.

Il convient de noter que cet atelier de 48 heures permettra à une trentaine de cadres venus des départements impliqués, du personnel de l’Ambassade des USA, des ONG et autres structures d’appui d’être édifiés entre autres sur les règles de l’AGOA, les filières porteuses et la stratégie de promotion des exportations de la RCA, la préparation et la documentation à l’exportation dans le cadre de l’AGOA et le Centre de ressources AGOA.

François Biongo / ACAP

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE