Début à Bangui d’une campagne de sensibilisation pour le retour des déplacés...

Début à Bangui d’une campagne de sensibilisation pour le retour des déplacés dans le 5ème Arrondissement

19
PARTAGER

Bangui – Le Porte-parole de la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilité de la République Centrafricaine (MINUSCA), Vladimir Monteiro, a annoncé, au cours d’une vidéoconférence de presse coanimée, mercredi 26 avril 2017 à Bangui, avec le chef intérimaire du Bureau de la MINUSCA, Alexandre Moukenga Doumé à Birao, le début d’une campagne de sensibilisation visant à faciliter le retour des déplacés musulmans dans le 5ème arrondissement de Bangui.

Vladimir Monteiro a expliqué que dans le cadre de la réduction de la violence communautaire, environ 190 participants dont les chefs de quartier, les leaders religieux, la société civile, les femmes et les jeunes prendront part du 26 au 28 avril prochain, à la campagne de sensibilisation dans la Maison des Jeunes de Malimaka, dans ledit Arrondissement.

“En ce moment 777 bénéficiaires dont 47 femmes prennent part à des activités de formation en agro-pastorale, avec le concours technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Bureau des Nations Unies pour les Services d’Appui et Projets”, a-t-il ajouté.

S’agissant des droits de l’homme, il a indiqué que dans le rapport hebdomadaire du 19 au 25 avril, la MINUSCA a pu documenter 22 incidents d’abus et violations des droits de l’homme qui ont fait une trentaine de victimes dont les groupes armés sont les principaux responsables et quelques agents de l’Etat.

Pour sa part, le chef intérimaire du Bureau de la MINUSCA à Birao, Alexandre Moukenga Doumé, a montré que la situation sécuritaire à Birao est relativement calme car Birao est une zone sans armes.

Il convient de noter que la Préfecture de la Vakaga est sous le contrôle des troupes zambiennes.

Il est à rappeler que la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilité de la République Centrafricaine a déjà organisé une vidéoconférence à Bambari dans la Préfecture de la Ouaka.

François Biongo/ ACAP

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE