Les chefs d’Etats africains réitèrent le principe d’une taxe sur les importations pour financer le fonctionnement de l’UA

0
28

Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine ont réitéré mardi à Addis-Abéba, capitale éthiopienne, le principe d’une taxe sur les importations pour financer l’organisation panafricaine.
« Nous ne pouvons plus compter sur les financements extérieurs pour faire fonctionner notre institution. Nous devons désormais affirmer notre souveraineté financière à travers le prélèvement d’une taxe sur les importations pour financer l’organisation panafricaine », a déclaré, à l’issue des travaux du 28ème sommet de l’UA, le nouveau président en exercice de l’institution panafricaine, Alpha Condé.
Il a affirmé que ce principe du prélèvement d’une taxe sur les importations pour financer l’organisation panafricaine a été adopté par les dirigeants du continent lors du dernier sommet de l’UA en juillet 2016 à Kigali, au Rwanda.
Ainsi, cette nouvelle taxe de 0,2% doit s’appliquer à toutes les importations des 55 Etats de l’Union africaine, à l’exception de certains biens de première nécessité, dont la liste reste cependant à être précisée.
En dehors des opérations de maintien de la paix, le budget de l’Union africaine se repose à 73% sur l’apport des donateurs étrangers, notamment de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Chine et de la Banque mondiale. F

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here