La RCA commence à récolter les dividendes des actions de Touadéra

0
47

Fort de sa légitimité issue des élections transparentes de 2016, le Président Touadera qui a hérité de la RCA, un pays sans État a aussitôt pris son bâton de pèlerin pour faire le tour du monde. Contrairement aux traîtres, aux comploteurs, aux affabulateurs et aux vendeurs d’illusion qui ont toujours assimilé la politique aux privilèges de leurs nombrils, le nouveau Président centrafricain s’est attelé à replacer les intérêts de tous les centrafricains dans ses plaidoiries.

Des pays essentiels de la CEMAC au Vatican, à Paris, Rome, Newyork, Istambul, Kinshasa, Luanda, Karthoum, Kigali, Nairobi, Abidjan, Antanarivo, Accra, Bamako ! Quelle souffle ? Quelle performance ?

Il y a deux jours la présence du tout puissant Fonds Monétaire international représenté par sa Directrice générale Mme Christine Lagarde herself ; le Train Avance Fastidieusement, pardon Touadera Archange Faustin (TAF) est en train de boucler la boucle et le peuple centrafricain avec un regard admiratif observe jour après jour le relèvement des défis qui hier, s’avérait impossible pour lui.

Fin négociateur, le Président Touadera a réussi à mettre de son côté tous les redoutables partenaires techniques et financiers in no time comme le disent les anglosaxons ou mieux en un temps record si nous revenons à la langue de molière. FAT avance son pays kété kété(petit à petit) vers le développement.

Sur le plan intérieur, les centrafricains peuvent désormais circuler 24h/ 24 à Bangui la capitale après trois années d’insécurité chronique que cette ville a connue. Lors de plusieurs déplacements effectués en provinces notamment à Bouar, Kaga Bandoro( à deux reprises), Bria, Sibut, Mbaïki, le Président centrafricain a toujours invité les centrafricains au dialogue, au rassemblement et à la cohésion sociale.

A défaut des FACA qui sont actuellement en recyclage, le Président Touadera a toujours rappelé à la MINUSCA sa première mission qui est de protéger les civils. Face aux groupes armés le numéro un centrafricain ne voit qu’à travers le DDRR, la seule issue pour un retour définitif à la paix. D’ailleurs à ce jour, il a déjà réussi à convaincre 12 groupes armés sur 14 à déposer les armes et à emprunter cette voie.

Alors que le gouvernement vient de bitumer plusieurs rues et avenues de la capitale, les travaux du goudronnage de la rue 37 qui part de l’ENERCA de Gobongo au pont Sapéké débute dans la première quinzaine du mois de février.

Bossangoa, la capitale de l’Ouham située à 307 km au nord de Bangui accueille le Président et tout son gouvernement le 03 et le 04 février. Les autorités centrafricaines vont dans cette ville martyrisée pendant la dernière crise, se débarrasser des créances à l’endroit des cotonculteurs et relancer l’agriculture de rente dans cette zone. Elles s’élèvent à 1 milliard 200 millions de FCFA.

Aux dernières nouvelles, l’Office National des Matériels est à pied d’œuvre depuis un mois à Bossangoa. Cette ville qui a fait neuve est déjà prête pour accueillir le Président Touadera qui a juré de chercher à entrer dans l’histoire en devenant le plus grand bâtisseur centrafricain de tous les temps.

Jolino de NDABA

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here