Centrafrique : Bangui n’est pas un village, enfin si ! un gros village

0
35

Bangui– Si l’on se veut ironique, l’on dira qu’au moins la capitale centrafricaine est écologique. Durant la saison des pluies, c’est Bangui-piscine, et quand, comme la, la saison sèche bat son plein, c’est Bangui – poussière. La seule constance quelques soient les deux saisons, c’est Bangui-poubelle !

ans une ville aussi immense, avec un cumul anarchique de milliers de populations, embouchées dans des quartiers sans cadastre et sans cesse réinventés, mettre en place une opération de nettoyage du type “OPERATION TOUMBA-ZENDE“, c’est au pire de la démagogie, au mieux, juste donner un coup d’épée dans l’eau. Car on ne brique pas une ville comme Bangui, une des plus sales et des plus insalubres d’Afrique, avec juste des houes et des pelles. Cela doit se faire avec des moyens industriels, mais dont la RCA est dépourvue.

SANS MOYENS ON BRICOLE

Non de la faute du maire, pardon, du Président par délégation spéciale de la ville de Bangui (un titre ronflant qui ne veut rien dire), car le maire de la ville, comme pour d’autres cités du pays, n’est pas un élu de la ville, comme partout dans le monde, mais nommé par décret du pouvoir en place. L’OPERATION TOUMBA ZENDE ne pouvait être qu’échec. Samedi dernier, la ville remettait ça ! Un atelier de nettoyage initié par le contingent rwandais de la MINUSCA, s’en était allé dans le 5è arrondissement, dans les quartiers Bazanga et Sénégalais-M’Baidi enseigner par la pratique leur expérience chez eux de “UMUGANDA”, ou en français, “CONSTRUISONS ENSEMBLE”.

Les habitants de ces quartiers ont été invités à se joindre aux rwandais, pour mettre la main à la pâte en manuellement nettoyer leurs espaces. désherbage, curage d’un canal, balayage des marchés, nettoyage d’un hôpital etc. Emile Gros-Raymond Nakombo le Président par délégation spéciale de la ville y était.

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here