Centrafrique : La sous-préfète Moungoumba s’inquiète de sous-effectif des FACA à la...

Centrafrique : La sous-préfète Moungoumba s’inquiète de sous-effectif des FACA à la frontière

22
PARTAGER

MOUNGOUMBA, 23 janvier  2017(RJDH)— Les autorités s’inquiètent de l’absence des forces de sécurité dans la ville. Inquiétude exprimée par la sous-préfète Isabelle Mapako après le retrait des éléments de la Minusca de la ville de Moungoumba. Elle appelle le gouvernement à renforcer l’effectif des forces de défense et de sécurité.

Située au Sud de la République Centrafricaine, la ville de Moungoumba constitue une zone frontalière entre la RCA et les deux Congo. L’absence des forces de défense et de sécurité est pour les autorités administratives une préoccupation majeure. L’appel des autorités administratives de Moungoumba devient pressant alors que l’EUTM a certifié une compagnie de BIT3 pour être opérationnelle.

Isabelle Mapako, sous-préfète de Moungoumba est en négociation avec les autorités du pays pour renforcer la sécurité dans cette ville. « J’ignore les raisons du retrait des éléments de la Minusca qui étaient à Moungoumba, alors qu’ils prêtaient main forte aux FACA. Mais pour le moment, je suis en train de voir avec les autorités et l’état-major, afin qu’ils puissent augmenter leur nombre et les doter en matériels car Moungoumba est une ville frontalière » a-t-elle ajouté.

Outre cette inquiétude, Isabelle Mapako, a souligné que dans l’ensemble, les activités bougent à Moungoumba, « la ville de Mougoumba a repris son ambiance depuis le début de cette nouvelle année. Sur tout le plan, tout se passe bien. La nuit, les gens peuvent circuler jusqu’au-delà de 22 heures. La ministre du tourisme était passée dans la ville et a promis nous envoyer une antenne  parabolique pour permettre à la population et à la jeunesse de suivre en directe la Can 2017», a-t-elle souligné.

Moungoumba, ville riveraine, située à 161 kilomètres de Bangui et frontalière avec les deux Congo. Elle dispose des ressources naturelles telles que  le bois.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE