Centrafrique : Le MLCJ de Birao appelle les groupes armés à s’adhérer...

Centrafrique : Le MLCJ de Birao appelle les groupes armés à s’adhérer au processus DDRR

31
PARTAGER

BIRAO, 29 Novembre 2016 (RJDH) : Gilbert Toumoudeya, chef du Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLCJ),  l’une des factions de l’ex-Séléka a invité les groupes armés encore actifs à intégrer le processus DDRR. Appel lancé à Birao au cours d’une interview qu’il a accordée au RJDH et dans laquelle il présente les motivations de son groupe à aller vers la paix.

RJDH : Votre mouvement le MLCJ s’est engagé dans le processus du pré-DDRR, alors à ce titre, dites-nous quel est votre apport dans la consolidation de la paix en République Centrafricaine et particulièrement à Birao ?

Gilbert Toumoudeya : Le MLCJ est signataire de plusieurs accords de paix, et récemment signataire des accords de paix de Bangui. Ce qui nous anime, c’est que nous voulons la paix. Vous savez que notre pays a connu beaucoup de violences, c’est pour cela que le MLCJ a pris position pour entrer dans le processus du pré-DDRR en attendant que celui-ci n’arrive.

RJDH : Quelles sont les actions que vous menez concrètement pour garantir la paix et la sécurité dans les zones sous votre contrôle ?

GT : Nous travaillons avec les autorités administratives du pays, nous travaillons avec les autorités locales et aussi avec la Minusca. Nous sommes entrain de construire un bâtiment scolaire, baptisé  école, Djourkitia, un cycle complet, ce sont nous les ex-combattants qui faisons la maçonnerie. Nous avons un chantier de briqueterie. Nous avons un champ de 4 hectares. Nous faisons aussi l’assainissement des bâtiments administratifs de Birao.

RJDH : Le MLCJ s’est pleinement engagé dans le processus de paix, en le faisant, est-ce que vous avez un message à lancer aux autres groupes armés qui n’ont pas encore suivi votre exemple ?

GT : Je demande à tous les autres groupes armés de déposer les armes que ce soit de l’Est, Ouest, du Nord ou du sud de laisser la violence, que ce soit les Anti-balaka ou les ex Séléka. Nous sommes à l’origine des troubles dans notre pays, l’heure est venue pour nous de laisser nos armes. Nous avons choisi un président à la tête du pays, c’est le moment pour nous de le laisser travailler en paix. Nous demandons à nos frères des groupes armés de suivre le chemin que nous sommes entrain de prendre.

RJDH : Monsieur Gilbert Toumoudeya, merci !

GT : c’est moi qui vous remercie !

Propos recueillis par Juvénal Koherepede

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE