Centrafrique : La destruction des arbres décriée par le service de protection...

Centrafrique : La destruction des arbres décriée par le service de protection de l’environnement de la Nana-Mambéré

24
PARTAGER

BOUAR, 11 Novembre 2016(RJDH)  — La destruction abusive des arbres est devenue courante dans la préfecture de la Nana-Mambéré ces derniers temps. Cette situation est décriée par le service des eaux, forets, chasses, pêches et de l’environnement qui craint les conséquences de cette mauvaise pratique sur la population.

Sur ces coupes abusives d’arbres, Appolinaire Yakoumbala, Inspecteur préfectorale des  services des eaux, forets, chasses et pèches de la Nana-Mambéré a déploré cette pratique, avant de relever ses conséquence sur l’humanité. « La destruction des arbres facilite un climat de chaleur, l’avancée du désert, le manque de l’air-pure, la rareté de la pluie, la tarification des cours d’eau et biens d’autre », a-t-il déclaré.

Il a ensuite rappelé à leurs auteurs les dispositions juridiques prévues à cet effet. «  Conformément au code forestier, l’Article 217 stipule que tous les auteurs peuvent être emprisonnés de 20 jours à 5 ans et d’une amande de 100.000 à 1.000.000 de francs CFA », a-t-précisé. Il a sollicité fortement l’implication des chefs de groupes et quartiers pour dénoncer tout cas de déboisement dans leurs localités.

Face à ce déboisement, le président de la délégation spécial de Bouar, Lazard Nambéna a proposé l’organisation, « d’une campagne de sensibilisation à l’endroit de la population avant de sanctionner leurs auteurs ».

Le manguier est le plus touché  par cette pratique néfaste dans la préfecture de Nana-Mambéré à cause de la fabrication des briques cuites.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE