Violences meurtrières en RCA: HRW pointe l’action tardive de la Minusca

Violences meurtrières en RCA: HRW pointe l’action tardive de la Minusca

25
PARTAGER

Retour sur les violences qui ont embrasé la ville de Kaga-Bandoro dans le nord de la RCA il y a trois semaines, le 12 octobre. La mission de maintien de la paix de l’ONU en Centrafrique (Minusca) et l’ONG Human Rights Watch sortent quasi simultanément leurs rapports respectifs sur ces événements. Elles aboutissent aux mêmes conclusions à un détail près : le rapport onusien ne mentionne pas le rôle controversé des casques bleus.

Le 12 octobre au matin, entre 8h et 9h, plusieurs groupes de combattants Seleka, des factions du Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) et du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), ainsi que des membres de groupes d’auto-défense musulmans, quittent les quartiers commerçants du nord de la ville pour le sud, la zone administrative où se trouvent les déplacés et les locaux des ONG.

Ils pillent et tuent de manière indiscriminée, en représailles à la mort la veille d’un Seleka tué dans une tentative de braquage. Ils s’en prennent en particulier au site de déplacés de l’évêché : 37 civils sont tués, près de 600 abris ou maisons incendiés et pillés. Des anti-balaka auraient également profité de la confusion pour piller à leur tour, selon ces enquêtes. L’ONU leur impute d’ailleurs deux meurtres. Les Nations unies exhortent le gouvernement à enquêter pour traduire les responsables en justice.

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE