Centrafrique: Quand le parti Kwa na Kwa (KNK) impose un nom au...

Centrafrique: Quand le parti Kwa na Kwa (KNK) impose un nom au poste du Premier Ministre au Président TOUADÉRA

101
PARTAGER

La bataille pour la succession de Mathieu Simplice SARANDJI qui dirigera un nouveau gouvernement d’Union sacrée de la nouvelle majorité Touadera comme à s’éclater. Lors d’une réunion secrète des quelques cadres de l’ancien parti au pouvoir le Kwa na Kwa (KNK) au domicile de son Secrétaire général à Bangui, il était question de proposer deux noms du futur Premier Ministre au Président Faustin Archange TOUADÉRA. Des noms ont été cités, mais les cadres présents ce jour ne sont pas tombés d’accord sur les deux noms. D’où le report de la discussion pour cette semaine au siège du parti. Alors, peut-on dire que l’ancien président François Bozizé continue de mettre la pression sur son ancien PM devenu Chef de l’Etat à travers son parti le Kwa na Kwa (KNK)?
Décidément, l’ancien président François Bozizé semble vouloir percer bon gré mal gré le nuage orageux qui lui empêche la communication avec poulain le Professeur Faustin archange TOUADÉRA et ce à travers son parti que dirige un Secrétaire général, député de Boali. Le parti Kwa na Kwa (KNK) créé par l’ancien président BOZIZÉ et grâce auquel le président TOUADERA a sucé à la politique, entend depuis quelques semaines s’imposer sur la gouvernance de l’ère Touadera en proposant à la nomination de ce dernier un cadre « pur », selon leur expression, du KnK au poste du Premier Ministre. Ils se réservent le droit d’aviser si une autre personnalité qui ne porte pas leurs signatures, saurait nommée, selon leur conclusion.
Le Premier Ministre Simplice Mathieu SARANDJI qui brille par son incompétence, risque d’être éjecté avant table ronde de Bruxelles du 17 novembre prochain avec les donateurs ou juste après. Sur ces entrefaites, des leaders des partis politiques sortent de leur corbeille à travers des interviews et points de presses divers, l’histoire de ne pas se faire oublier et dans l’espoir de se voir recycler.
De part et d’autres, c’est l’accalmie et la révision. Au cabinet présidentiel, en absence du Directeur de cabinet du président TOUADREA qui est reparti en France pour des raisons personnelles, le président de la République mise sur un remaniement technique, dans la semaine, du gouvernement Sarandji. Du coté des partis politiques alliés, c’est la mise à jour des CV. Le combat est rude et entre autres les coups bas et les messes de nuit recommencent depuis plusieurs jours.
Nommé il y’a près de six mois par le président Faustin Archange TOUADÉRA, le Premier Ministre Simplice Mathieu SARANDJI devient aphone suite aux menaces de ne pas mettre pieds à Bruxelles le mois prochain. Sa présence, selon un expert financier joint par CNC, pourrait capoter ou accoucher d’une souris les négociations capitales pour le pays.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE