Centrafrique : Le MPC de Alkhatime réclame un dialogue sous l’égide de...

Centrafrique : Le MPC de Alkhatime réclame un dialogue sous l’égide de la communauté internationale avant le DDRR

85
PARTAGER

KAGA-BANDORO, 05 août 2016(RJDH)—Dans une interview accordée au RJDH ce vendredi 5 août 2016, Idriss Ahmed El Bachard, président exécutif du Mouvement Patriotique Centrafricain a exigé du gouvernement la tenue d’un dialogue sous l’égide d’un médiateur international avant le DDRR. Une position exprimée après la visite officielle que Faustin Archange Touadera a effectuée à Kaga Bandoro, le jeudi dernier.

Selon lui, c’est par un dialogue que la RCA aura un vrai processus DDRR « ce que nous espérons, il faut que le chef de l’Etat change sa politique de rigueur parce que cette politique de rigueur ne nous amène nulle part. Avec son programme de désarmement coute que coute, ce ne sera pas du tout bien » a-t-il soutenu.

Pour réussir ce dialogue il propose un canevas au pouvoir public pour un dialogue comme un canal de communication normale afin de discuter autour d’une table et de choisir un médiateur international afin de procéder au désarment.

Toute fois, Idriss Ahmed El Bachard dit être toujours disposé pour le dialogue. Car selon lui, « c’est par le dialogue que nous allons aboutir à une solution de sortie de crise » a-t-il indiqué au RJDH.

Il a qualifié d’échec la visite de Faustin Archange Touadera à Kaga Bandoro.

Selon le leader du groupe MPC, Idriss Ahmed El, la rencontre du chef de l’Etat a accouché d’une souris,  « c’est regrettable qu’on n’a pas pu rencontrer le Président de la République Centrafricaine.  Le protocole a refusé à notre mouvement MPC de rencontrer le chef de l’Etat et par la suite nous avons rebroussé chemin. C’est un acte que nous déplorons et c’est un rendez-vous manqué puis que c’est une occasion très importante » a-t-il dit au RJDH.

Cette volonté d’avoir un dialogue avant  le DDRR intervient après celle du chef de l’Etat qui entend l’organiser après le DDRR lors de sa conférence de presse de cent jours.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE