Centrafrique : Statu quo sur la situation des policiers pris en otage

Centrafrique : Statu quo sur la situation des policiers pris en otage

13
PARTAGER

BANGUI, 22 juin 2016—Les négociations au sujet des policiers pris en otage au km5 piétinent apprend-t-on de sources sécuritaires. Le député de Bambari faisant office d’intermédiaire aurait lui aussi été enlevé dans la journée par les ravisseurs.

L’enlèvement de l’honorable Kabirou, député de Bambari a été confirmé au RJDH par un cadre du ministère de la sécurité publique qui avoue la complexité du dossier « c’est une affaire très complexe. Cette complexité est due aux comportements aussi complexes de ceux avec qui nous négocions » témoigne-t-il.

De sources bien informées, les ravisseurs campent sur leur exigence du départ « ils continuent d’exiger la libération des éleveurs avant celle des otages « les membres de l’équipe de 50-50 veulent qu’on leur envoie les peulhs arrêtés avant qu’ils ne libèrent les policiers. Ils tiennent à cela » a confié au RJDH sous anonymat, un proche du député de Bambari.

Des informations relatives à une exigence de rançon circulent depuis quelques heures sur cette affaire. Selon un proche du ministre de la sécurité publique, le député aurait proposé que l’Etat puisse remettre de l’argent « il (député) a appelé le ministre pour lui dire qu’ils ont rassemblé 450000 Fcfa pour que le gouvernement complète afin de remettre aux ravisseurs mais le ministre a catégoriquement refusé. Voilà le niveau actuel des négociations où on était quand on a appris que le député est enlevé à son tour » confie cette source.

Le téléphone de l’honorable a été décroché par quelqu’un d’autre lorsque le RJDH a voulu le joindre pour sa version des faits. Ce matin, une équipe du département de la sécurité publique conduite par le Directeur Général de la police a essuyé des tirs alors qu’elle s’était rendue au km5 en vue de négocier avec les ravisseurs.

Les six policiers ont été pris en otage le dimanche 19 juin. Les autorités centrafricaines ont exclu toute négociation avec les ravisseurs qui exigent la libération de quatre éleveurs peulhs de Bambari arrêté par la police à l’entrée de Bangui lors d’un contrôle de routine.

RDJH

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE