Le secrétaire général de l’ONU rencontre le président centrafricain sur le processus...

Le secrétaire général de l’ONU rencontre le président centrafricain sur le processus de paix dans le pays

12
PARTAGER

NEW YORK (Nations Unies) — Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rencontré vendredi Faustin Archange Touadera, président de la République centrafricaine, pour discuter de la situation dans le pays, y compris du dialogue du président avec les représentants des groupes armés.

“Le secrétaire général a noté que le pays avait tourné une nouvelle page après l’organisation des élections démocratiques”, a indiqué à la presse le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric, à l’issue de cette rencontre.

“Le secrétaire général a salué la position du président envers les groupes armés et sa vision pour un processus global afin de prendre en compte les raisons profondes qui les ont poussé à prendre les armes.”

Le secrétaire général a également salué la décision du président et de son gouvernement de poursuivre ce processus dans un esprit de réconciliation nationale et d’intégration, guidé par les principes et les proposition du Forum de Bangui, a fait savoir le porte-parole.

“Le secrétaire général a appelé les groupes armés à saisir cette occasion offerte par l’initiative du président afin de rétablir la paix et la stabilité dans le pays en s’engageant dans ce processus de bonne foi”, a déclaré le porte-parole, ajoutant : “Il a souligné que le rétablissement de l’autorité de l’Etat était crucial pour la sécurité et la reprise socio-économique du pays.”

Le secrétaire général a par ailleurs mis l’accent sur l’importance du soutien de la communauté internationale aux efforts de la République centrafricaine visant à s’attaquer aux causes fondamentales de la crise, a ajouté le porte-parole.

De grands efforts sont en cours en République centrafricaine pour rétablir la paix et la stabilité dans ce pays déchiré par la guerre.

Le 10 décembre 2012, la République centrafricaine a été plongée dans une guerre opposant la coalition rebelle, la Seleka, aux forces gouvernementales. La Selaka a pris le pouvoir en chassant le président Francois Bozize en mars 2013, où le leader rebelle Michel Djotodia s’est déclaré chef de l’Etat.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE