Centrafrique: scandale des faux documents à l’ANE, peut-on parler du laxisme?

Centrafrique: scandale des faux documents à l’ANE, peut-on parler du laxisme?

17
PARTAGER

Devenir un élu de la République est à la fois un honneur et une responsabilité, mais certains des compatriotes mal intentionnés en quête de légitimité ou d’une protection juridique veulent en faire un sanctuaire des fugitifs à tel point que, les dossiers de candidature déposés à l’Autorité Nationale des Élections (A.N.E.) pour les législatives du 2015-2016 sont remplis en majorité des faux documents. Alors peut-on parler du laxisme de l’A.N.E ?

Après le scandale des députés analphabètes vient le scandale des faux documents à l’A.N.E. Le code électoral dans son article 51 stipule que pour toutes les candidatures aux législatives, chaque candidat devrait déposer un dossier auprès de l’Autorité Nationale des Élections comprenant entre autre des pièces suivantes:

– un certificat de nationalité centrafricaine,
– Un casier judiciaire daté de moins de 3 mois,
– Un certificat médical datant de moins de 3 mois,
– Une attestation de propriété Bâtie,
– Une copie d’acte de naissance légalisée,
– Un logo, une copie de la profession…

Or, force est de constater que l’Autorité Nationale des Élections, pourtant la seule Institution compétente à vérifier l’authenticité de ces documents exigés auprès des autres services de l’Etat, n’a pas respecté cette disposition de la loi. Selon des informations de sources concordantes provenant de l’A.N.E nous expliquent que des milliers des dossiers de candidatures déposé auprès de cette Institution de l’Etat chargée d’organiser des élections sont remplis des faux documents tels que l’extrait dès casier judiciaire, l’attestation de propriété Bâtie, actes de naissance. Cette facilité permise par l’A.N.E a permis à beaucoup des candidats légalement jugés inqualifiables à se présenter aux législatives de 2015-2016 où on enregistre un nombre considérable des candidats sans domicile fixe et des fugitifs.

Contacté par Corbeau News Centrafrique (CNC), un membre de l’A.N.E nous a expliqués que ce problème des faux documents est connu de tous mais pour procéder à la vérification de tous les dossiers de chaque candidat, il leur faut du temps alors que l’A.N.E n’a pas assez du temps pour le faire.

Alors, les Centrafricains se demandent si cette pratique va-t-elle perdurer dans le temps?
Rappelons que plus de 4000 dossiers des candidatures ont été enregistrés par l’A.N.E pour les législatives de 2015-2016.

Gisèle MOLOMA.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE