Centrafrique : Karim Meckaoussa, un perchoir ou un tremplin ?

Centrafrique : Karim Meckaoussa, un perchoir ou un tremplin ?

12
PARTAGER

Deux décennies qu’il évolue dans les plus hautes sphères du pouvoir centrafricain. À 62 ans, cet ancien ministre multicarte est désormais président de l’Assemblée nationale… et voit plus loin.

Son destin tisse la trame d’un roman politique complexe, avec ce qu’il faut de fulgurances, de rebondissements et de secrets, tant il est vrai qu’à 62 ans celui qui est depuis le 6 mai président de l’Assemblée nationale et, à ce titre, numéro deux de l’État centrafricain, a déjà vécu plusieurs vies.

Celle d’un enfant du Kilomètre 5, quartier musulman de Bangui où ce fils d’un commerçant d’origine nigérienne a vu le jour un 31 décembre. Celle d’un étudiant en France, brillant docteur en ergonomie, enseignant chercheur au Conservatoire national des arts et métiers, dont le cabinet de conseil a eu pour clients quelques-unes des pointures du CAC 40. Celle d’un apporteur d’affaires avisé, administrateur chez Servair et président du conseil d’administration de la Société congolaise de gaz, au carnet d’adresses impressionnant.

Africatime

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE