Quatre malfrats arrêtes par la brigade économique douanière au village Gbawi

Quatre malfrats arrêtes par la brigade économique douanière au village Gbawi

34
PARTAGER

Les centrafricains doivent d’abord compter sur eux-mêmes avant de compter sur les autres. Ils doivent compter sur leurs Forces de Défense et de Sécurité pour garantir la sécurité et la libre circulation des biens et personnes avant de compter sur les troupes onusiennes qui semblent avoir des agendas cachés. La démonstration de la force économique douanière qui a procédé aux arrestations de quatre éléments d’un groupe de malfrats à la suite du dépouillement d’un camion semi remorque à proximité de Baoro en est la parfaite illustration.

Selon des sources dignes un camion transportant des marchandises en provenance de la ville frontalière de Garoua-Boulai, qui comme d’habitude se trouvait dans un convoi escorté par la troupe onusienne des Bangladesh s’est couché sur la chaussée dans le village Gbawi, situé à 35 Km de Baoro. La scène s’est déroulée dans la nuit du 22 Mai 2016.

Sur place les éléments de la troupe Bangladesh ont seulement fait le constat du drame et rédigé un rapport en laissant les pauvres commerçants sans défense ainsi que leurs marchandises. Les villageois armés des fusils artisanaux en profitent pour prendre possession des lieux et vider entièrement le camion.

Alertée la gendarmerie de Baoro qui manque d’hommes et de munitions fait appel aux éléments de la brigade économique douanière. Les brigadiers douaniers se dépêchent sur les lieux et parviennent à déloger les malfrats en dépit de leurs fusils artisanaux, gourdins et autres armes.

Au terme d’une confrontation de plusieurs heures les militaires des douanes réussissent à interpeller quatre éléments de ce groupe de malfrats. Ils récupèrent au passage vingt cinq armes de fabrication artisanale, plus quatre armes de chasse.

Signalons que parmi ces quatre pilleurs arrêtés il y a le chef du village et le conseiller municipal. Face à ce vide sécuritaire persistant constaté sur le corridor Garoua- Boulai Bangui, les commerçants centrafricains lancent un vibrant appel à l’endroit du gouvernement pour qu’une solution soit trouvée.

C’est dans cette optique qu’Abdoul Salam porte-parole des commerçants du Km5 demande aux nouvelles autorités centrafricaines de redonner le pouvoir à l’équipe mobile des douanes de rejoindre l’escorte du convoi sur ce corridor afin d’assurer leur sécurité ainsi que celle de leurs marchandises.

Selon ce commerçant qui a déjà assisté à une situation similaire, les troupes bangaldesh ont affirmé « qu’ils sont là pour assurer la protection des véhicules des Nations Unies et non celle des véhicules des particuliers et civils ». Il a poursuivi son discours en assénant que c’est à l’État d’assurer la sécurité des commerçants centrafricains puisque ceux-ci contribuent énormément au relèvement économique du pays.

Tanguy FAFA et Jolino de NDABA

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE