Centrafrique : L’ONG MEFP déplore plusieurs cas de violence contre les pygmées...

Centrafrique : L’ONG MEFP déplore plusieurs cas de violence contre les pygmées à Bayanga

17
PARTAGER

Bayanga — Le juriste et représentant de l’ONG Maison de l’enfant et de la Femme Pygmées, Yvon Martial Amolet a, dans une interview accordée au RJDH, fait état de plusieurs cas de violence exercés contre les pygmées de la localité. Il a estimé que les droits de ces minorités sont loin d’être respectés dans la région.

Yvon Martial Amolet dit avoir documenté plusieurs cas de violence contre les pygmées de Bayanga « les pygmées subissent ici de nombreux cas de violation de droit de l’homme. Ils sont utilisés comme des outils. Aussi, les pygmées sont torturés, marginalisés voire violés » a-t-il expliqué.

Le juriste de l’ONG MEFP dit avoir enregistré dernièrement deux cas de violence sexuelle sur des filles pygmées « ces derniers jours, nous avons enregistré des cas de viols sexuels sur deux mineures. Trois personnes ont violé une petite fille de 12 ans. Ensuite, une autre fille de 13 ans a été violée par un militaire qui l’a menacée avec son arme » a-t-il déploré. Il a été difficile pour le RJDH d’identifier les présumés auteurs de ces deux cas de viols.

Yvon Martial Amolet pense qu’il faut une mobilisation générale pour permettre à ces pygmées de retrouver leur dignité « je pense que les pygmées ont les mêmes droits que tous les autres Centrafricains. Aujourd’hui, ces droits ne leur sont pas reconnus, c’est le constat que nous faisons tous aujourd’hui. Il faut pour cela, la mobilisation du gouvernement, des ONG et de la communauté internationale pour faire respecter les droits de ces derniers » a-t-il souhaité.

Les droits des peuples autochtones sont bafoués alors que la République Centrafricaine est signataire de la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail qui consacre les droits des peuples autochtones.

abangui

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE